Aucune restriction dans la révision constitutionnelle    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    "100 mds DA injectés dans les communes dès le mois de mai"    Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    Kherrata, une convergence et des messages    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue et refus d'ingérence extérieure, un projet de déclaration américain bloqué
Publié dans La Nouvelle République le 29 - 01 - 2019

Plusieurs pays ont apporté leur soutien aux autorités légitimes au Venezuela, après la «tentative d'usurpation du pouvoir», dénonçant une «ingérence extérieure» et appelant au dialogue, alors que l'ONU a rejeté un projet de déclaration américain.
Plusieurs pays, notamment la Chine, la Russie, l'Iran, la Syrie, la Turquie, la Bolivie, le Mexique et Cuba ont exprimé leur «ferme soutien» et solidarité au président Nicolas Maduro et dénoncé vigoureusement une «tentative d'usurpation du pouvoir» par le président du parlement, Juan Guaido, qui s'est utoproclamé mercredi dernier lors d'une manifestation à Caracas comme «président en exercice» du Venezuela.
La Chine maintient que «tous les pays doivent adhérer aux objectifs et aux principes de la charte des Nations unies, notamment les normes des relations internationales et le droit international, qui comprend la non-interférence dans les affaires intérieures d'un autre pays, le respect mutuel de la souveraineté et de l'intégrité territoriale, et s'abstenir d'utiliser la menace du recours à la force». Pour Pékin, les affaires du Venezuela «doivent et ne peuvent être choisies et décidées que par le peuple vénézuélien», appelant toutes les parties concernées à «respecter le choix du peuple vénézuélien», avant d'exprimer le soutien à «toutes les parties au Venezuela à chercher une solution politique via le dialogue pacifique, dans le cadre de la constitution du pays».
Dans le même sillage, la Russie s'est félicitée vendredi que la majorité des pays ont refusé l'ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela, affirmant que le plus important dans la situation du pays est d'éviter les interventions étrangères. Moscou souligne que «les citoyens vénézuéliens doivent résoudre eux-mêmes les problèmes de leur pays, sans aucune intervention étrangère». Dans ce contexte, M. Maduro se dit prêt à rencontrer son opposant, mais ce dernier refuse et appelle à une grande mobilisation la semaine prochaine pour exiger le départ de M. Maduro.
Un projet de déclaration américain bloqué
Un projet de déclaration américain au Conseil de sécurité de l'ONU sur le Venezuela visant à apporter «un plein soutien» à l'Assemblée nationale vénézuélienne dirigée par M. Guaido, a été bloqué samedi par la Russie et la Chine. Le texte, qui souligne aussi l'engagement de cette Assemblée à «restaurer la démocratie et l'Etat de droit» au Venezuela, parlait d'une «absence de légitimité» du dernier processus électoral dans le pays et condamnait un «recours à la violence» des forces de sécurité contre des manifestants. La Russie, avec le soutien de la Chine, a rompu une procédure de silence entre les 15 membres du Conseil visant à faire adopter le document. Selon une source diplomatique, le projet est désormais enterré, le texte proposé par la Russie demande un dialogue politique au Venezuela.
Paris et Berlin ont, quant à eux, lancé samedi un «ultimatum» à M. Maduro, disant qu'ils reconnaitraient M. Guaido comme «président» si des élections n'étaient pas convoquées sous «huit jours». La Cour suprême a renouvelé, lors d'une session spéciale, son «plein appui» à M. Maduro face à la tentative d'usurpation du pouvoir par Juan Guaido. M. Maduro, qui avait prêté serment le 10 janvier pour son second mandat à la tête du pays, a déclaré qu'il ne quitterait pas sa fonction de Chef de l'Etat avant l'expiration de son mandat en 2025. Le président élu a assuré, en outre, qu'il ne renoncerait en aucun cas aux engagements de son pays vis-à-vis de la communauté internationale, insistant sur l'importance de «la justice pour préserver la paix dans le pays».
Jeudi, M. Maduro a reçu l'appui de l'armée face à M. Guaido, renvoyé mardi du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé mercredi «président en exercice» du pays et a prêté serment dans la rue. Le président américain, Donald Trump, l'a reconnu immédiatement comme «président par intérim» du Venezuela et déclaré qu'il «utiliserait tous les outils économiques et diplomatiques pour rétablir la démocratie au Venezuela». Nicolas Maduro a dénoncé la démarche entreprise par Washington, l'accusant d'avoir incité à «un coup d'Etat au Venezuela». Il a décidé alors de rompre officiellement les relations diplomatiques avec washington, invitant tous les diplomates américains à quitter dans 72 heures le territoire vénézuélien et de fermer l'ambassade et de tous les consulats de son pays aux Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.