M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    Le 53e vendredi s'annonce grandiose à Alger    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Le virus de l'argent en quarantaine !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Libye : retour à la case départ    Une expulsion et des interrogations    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Nouvelles accusation contre Anis Rahmani    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un projet de déclaration américain bloqué à l'ONU
Venezuela
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 01 - 2019

Plusieurs pays ont apporté leur soutien aux autorités légitimes au Venezuela, après la «tentative d'usurpation du pouvoir», dénonçant une «ingérence extérieure» et appelant au dialogue, alors que l'ONU a rejeté un projet de déclaration américain.
Plusieurs pays, notamment la Chine, la Russie, l'Iran, la Syrie, la Turquie, la Bolivie, le Mexique et Cuba ont exprimé leur «ferme soutien» et solidarité au président Nicolas Maduro et dénoncé vigoureusement une «tentative d'usurpation du pouvoir» par le président du Parlement, Juan Guaido, qui s'est autoproclamé mercredi dernier lors d'une manifestation à Caracas comme «président en exercice» du Venezuela. La Chine maintient que «tous les pays doivent adhérer aux objectifs et aux principes de la charte des Nations-Unies, notamment les normes des relations internationales et le droit international, qui comprend la non-interférence dans les affaires intérieures d'un autre pays, le respect mutuel de la souveraineté et de l'intégrité territoriale, et s'abstenir d'utiliser la menace du recours à la force». Pour Pékin, les affaires du Venezuela «doivent et ne peuvent être choisies et décidées que par le peuple vénézuélien», appelant toutes les parties concernées à «respecter le choix du peuple vénézuélien», avant d'exprimer le soutien à «toutes les parties au Venezuela à chercher une solution politique via le dialogue pacifique, dans le cadre de la Constitution du pays».
Dans le même sillage, la Russie s'est félicitée vendredi que la majorité des pays ont refusé l'ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela, affirmant que le plus important dans la situation du pays est d'éviter les interventions étrangères. Moscou souligne que «les citoyens vénézuéliens doivent résoudre eux-mêmes les problèmes de leur pays, sans aucune intervention étrangère». Dans ce contexte, M. Maduro se dit prêt à rencontrer son opposant, mais ce dernier refuse et appelle à une grande mobilisation la semaine prochaine pour exiger le départ de M. Maduro. Un projet de déclaration américain au Conseil de sécurité de l'ONU sur le Venezuela visant à apporter «un plein soutien» à l'Assemblée nationale vénézuélienne dirigée par M. Guaido, a été bloqué samedi par la Russie et la Chine. Le texte, qui souligne aussi l'engagement de cette Assemblée à «restaurer la démocratie et l'Etat de droit» au Venezuela, parlait d'une «absence de légitimité» du dernier processus électoral dans le pays et condamnait un «recours à la violence» des forces de sécurité contre des manifestants. La Russie, avec le soutien de la Chine, a rompu une procédure de silence entre les 15 membres du Conseil visant à faire adopter le document. Selon une source diplomatique, le projet est désormais enterré, le texte proposé par la Russie demande un dialogue politique au Venezuela. Paris et Berlin ont, quant à eux, lancé samedi un «ultimatum» à M. Maduro, disant qu'ils reconnaitraient M. Guaido comme «président» si des élections n'étaient pas convoquées sous «huit jours». La Cour suprême a renouvelé, lors d'une session spéciale, son «plein appui» à M. Maduro face à la tentative d'usurpation du pouvoir par Juan Guaido. M. Maduro, qui avait prêté serment le 10 janvier pour son second mandat à la tête du pays, a déclaré qu'il ne quitterait pas sa fonction de Chef de l'Etat avant l'expiration de son mandat en 2025. Le Président élu a assuré, en outre, qu'il ne renoncerait en aucun cas aux engagements de son pays vis-à-vis de la communauté internationale, insistant sur l'importance de «la justice pour préserver la paix dans le pays». Jeudi, M. Maduro a reçu l'appui de l'armée face à M. Guaido. M. Guaido, renvoyé mardi du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé mercredi «président en exercice» du pays et a prêté serment dans la rue. Le Président américain, Donald Trump, l'a reconnu immédiatement comme «Président par intérim» du Venezuela et déclaré qu'il «utiliserait tous les outils économiques et diplomatiques pour rétablir la démocratie au Venezuela». Nicolas Maduro a dénoncé la démarche entreprise par Washington, l'accusant d'avoir incité à «un coup d'Etat au Venezuela». Il a décidé alors de rompre officiellement les relations diplomatiques avec Washington, invitant tous les diplomates américains à quitter dans 72 heures le territoire vénézuélien et de fermer l'ambassade et tous les consulats de son pays aux Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.