Tottenham : Un international portugais pour remplacer Eriksen ?    Brésil : Tite se défend au sujet de Neymar    Manchester United: Mandzukic en approche    Education: Belabed pour une politique prospective pour renforcer les compétences du secteur    Bensalah: l'Etat soucieux de rationaliser l'exploitation des ressources et richesses souterraines nationales    HABITAT : Le gouvernement Bedoui rassure les demandeurs de logements    Gaïd Salah présente un exposé sur le projet de loi relatif au statut général des personnels militaires    Les Tunisiens commencent à voter pour le second tour de la présidentielle    Mise en garde russe contre l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Est    Le WAT reste leader malgré la défaite, l'ASK sur le podium    Khirreddine Madoui démissionne de son poste d'entraîneur    Ouargla: lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Le gouvernement consacre 17 milliards de DA pour le dégel de plusieurs projets    Vers l'augmentation de la taxe de pollution    Neuf morts et 9 blessés au cours des dernières 48 heures    Sahara occidental/Manifestation à Paris: la France dénoncée, une date pour le référendum d'autodétermination revendiquée    Rassemblement en solidarité avec les détenus d'opinion à Sidi Bel Abbès    Foot/ Algérie - Colombie : Abeid réintègre le groupe, Tahrat ménagé    Qui sera le partenaire de Suzuki en Algérie ?    Ce que prévoit la loi de finances pour les start-up    Les joueurs sénégalais refusent la prime de la Fédération    Début de stage demain    Retour à la case départ    1er Salon international des technologies et équipements dentaires    L'Anie face à la dure réalité du terrain    Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre    22 cas de méningite enregistrés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les films algériens Abou Leila et 143, rue du désert en compétition    Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris    Micheline la Française, la tante Zalamite et les autres    Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset    Bir Ghbalou : Entre le portrait de BenSalah et les promesses du Hirak    Face aux difficultés rencontrées par la CNR et la CNAS : Les solutions des experts    «Le pouvoir rame à contre-courant d'un mouvement historique de libération d'un peuple»    Investissement : le FCE soutient fortement la révision de la règle 49/51    En bref…    Soudan : Une femme nommée à la tête de la Cour suprême    En bref…    Journée mondiale de la santé mentale : Un suicide toutes les 40 secondes, selon l'OMS    Première thèse algérienne identifiant les facteurs prédictibles    «J'intégrerai des personnages algériens dans ma prochaine histoire»    Ghardaïa : Appel à la préservation du patrimoine architectural et culturel    «Le plasticien doit être responsable»    Centre-ville: Deux dealers sous les verrous    Mostaganem: Des arrestations en marge de la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports    Pour réclamer «la libération de tous les détenus d'opinion»: Marche nationale des avocats le 24 octobre    Le Pentagone déploie 3.000 soldats supplémentaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un projet de déclaration américain bloqué à l'ONU
Venezuela
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 01 - 2019

Plusieurs pays ont apporté leur soutien aux autorités légitimes au Venezuela, après la «tentative d'usurpation du pouvoir», dénonçant une «ingérence extérieure» et appelant au dialogue, alors que l'ONU a rejeté un projet de déclaration américain.
Plusieurs pays, notamment la Chine, la Russie, l'Iran, la Syrie, la Turquie, la Bolivie, le Mexique et Cuba ont exprimé leur «ferme soutien» et solidarité au président Nicolas Maduro et dénoncé vigoureusement une «tentative d'usurpation du pouvoir» par le président du Parlement, Juan Guaido, qui s'est autoproclamé mercredi dernier lors d'une manifestation à Caracas comme «président en exercice» du Venezuela. La Chine maintient que «tous les pays doivent adhérer aux objectifs et aux principes de la charte des Nations-Unies, notamment les normes des relations internationales et le droit international, qui comprend la non-interférence dans les affaires intérieures d'un autre pays, le respect mutuel de la souveraineté et de l'intégrité territoriale, et s'abstenir d'utiliser la menace du recours à la force». Pour Pékin, les affaires du Venezuela «doivent et ne peuvent être choisies et décidées que par le peuple vénézuélien», appelant toutes les parties concernées à «respecter le choix du peuple vénézuélien», avant d'exprimer le soutien à «toutes les parties au Venezuela à chercher une solution politique via le dialogue pacifique, dans le cadre de la Constitution du pays».
Dans le même sillage, la Russie s'est félicitée vendredi que la majorité des pays ont refusé l'ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela, affirmant que le plus important dans la situation du pays est d'éviter les interventions étrangères. Moscou souligne que «les citoyens vénézuéliens doivent résoudre eux-mêmes les problèmes de leur pays, sans aucune intervention étrangère». Dans ce contexte, M. Maduro se dit prêt à rencontrer son opposant, mais ce dernier refuse et appelle à une grande mobilisation la semaine prochaine pour exiger le départ de M. Maduro. Un projet de déclaration américain au Conseil de sécurité de l'ONU sur le Venezuela visant à apporter «un plein soutien» à l'Assemblée nationale vénézuélienne dirigée par M. Guaido, a été bloqué samedi par la Russie et la Chine. Le texte, qui souligne aussi l'engagement de cette Assemblée à «restaurer la démocratie et l'Etat de droit» au Venezuela, parlait d'une «absence de légitimité» du dernier processus électoral dans le pays et condamnait un «recours à la violence» des forces de sécurité contre des manifestants. La Russie, avec le soutien de la Chine, a rompu une procédure de silence entre les 15 membres du Conseil visant à faire adopter le document. Selon une source diplomatique, le projet est désormais enterré, le texte proposé par la Russie demande un dialogue politique au Venezuela. Paris et Berlin ont, quant à eux, lancé samedi un «ultimatum» à M. Maduro, disant qu'ils reconnaitraient M. Guaido comme «président» si des élections n'étaient pas convoquées sous «huit jours». La Cour suprême a renouvelé, lors d'une session spéciale, son «plein appui» à M. Maduro face à la tentative d'usurpation du pouvoir par Juan Guaido. M. Maduro, qui avait prêté serment le 10 janvier pour son second mandat à la tête du pays, a déclaré qu'il ne quitterait pas sa fonction de Chef de l'Etat avant l'expiration de son mandat en 2025. Le Président élu a assuré, en outre, qu'il ne renoncerait en aucun cas aux engagements de son pays vis-à-vis de la communauté internationale, insistant sur l'importance de «la justice pour préserver la paix dans le pays». Jeudi, M. Maduro a reçu l'appui de l'armée face à M. Guaido. M. Guaido, renvoyé mardi du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé mercredi «président en exercice» du pays et a prêté serment dans la rue. Le Président américain, Donald Trump, l'a reconnu immédiatement comme «Président par intérim» du Venezuela et déclaré qu'il «utiliserait tous les outils économiques et diplomatiques pour rétablir la démocratie au Venezuela». Nicolas Maduro a dénoncé la démarche entreprise par Washington, l'accusant d'avoir incité à «un coup d'Etat au Venezuela». Il a décidé alors de rompre officiellement les relations diplomatiques avec Washington, invitant tous les diplomates américains à quitter dans 72 heures le territoire vénézuélien et de fermer l'ambassade et tous les consulats de son pays aux Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.