La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Europe: La danse du ventre de la diplomatie européenne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 02 - 2019

  L'Union européenne reconnaît Juan Guaido comme président du Venezuela, refuse de revoir l'accord du Brexit avec les Britanniques et invente le «troc» commercial avec l'Iran. Quelle crédibilité encore pour la diplomatie européenne?
En une semaine, l'Union européenne (UE) s'est fendue de trois décisions politiques et diplomatiques majeures: elle refuse toute nouvelle négociation de l'accord sur le «Brexit» avec la Grande-Bretagne, reconnaît et soutient le président autoproclamé Juan Guaido face au président en exercice du Venezuela, Maduro, et «réinvente» le troc pour commercer avec l'Iran en raison du blocus américain contre ce pays. Chacune de ces décisions est justifiée, selon les leaders de l'Europe, par le souci de la justice, de la démocratie et de la préservation de la paix là où se manifestent les crises, conflits ou guerres. Qu'à cela ne tienne tant les équilibres géostratégiques mondiaux subissent des bouleversements continus depuis le début de ce siècle. Mais cette conception de l'UE des relations internationales a quelque chose de troublant et de franchement inquiétant.
Ainsi, comment comprendre la rigidité de l'UE même pour une renégociation à la marge de l'accord de divorce avec les Britanniques, sachant la catastrophe économique et politique pour les deux parties d'un «no deal» ? Comment l'UE peut-elle expliquer qu'en «faisant» Juan Guaido président du Venezuela face au président en exercice Nicolas Maduro, elle agit et aide à la résolution de la crise politique dans ce pays? Si Maduro est déchu par la pression internationale, quelle sera la réaction de ses partisans qui, rappelons-le, disposent encore d'une courte majorité dans l'opinion vénézuélienne? Retour à la case départ par la division du peuple, les marches, grèves, exil ? Des propositions de part et d'autre des parties en conflit sont émises: retour aux urnes pour les législatives, amnistie, rencontres et négociations sous l'égide de pays voisins, etc. C'est-à-dire le dialogue. N'est-ce pas la voie de la sagesse ?
Pourquoi l'UE soutient-elle sans faille Juan Guaido contre Maduro ? Cette attitude est celle de l'américain Donald Trump dont le pays détient encore une part non négligeable dans le holding pétrolier du Venezuela malgré les nationalisations opérées par le précédent président, Hugo Chavez. Cette attitude de l'UE est-elle vraiment dictée par son souci de défendre la démocratie et la liberté des Vénézuéliens ? Admettons.
Vu sous cet angle, pourquoi l'UE s'est ingéniée à réinventer le « troc» pour continuer ses affaires avec l'Iran, isolé par les USA? Les libertés et la démocratie sont-elles plus respectées en Iran ?
Plus troublant et inquiétant encore le silence de l'UE face au drame du Yémen et ses accointances commerciales, notamment dans le secteur de l'armement avec l'Arabie Saoudite qu'on connaît comme pays démocratique ! Cette diplomatie en dents de scie justifiée souvent par le concept ambigu, parfois amoral, de «réal-politique» a des conséquences sur la stabilité et l'avenir de l'UE. Devant tant d'incohérences, les peuples européens désespèrent de l'idéal européen contenu dans l'esprit des textes fondateurs de l'UE.
Le réveil des nationalismes, la montée constante des partis populistes et extrémistes, les reculs des partis progressistes… ces dernières années en Europe devraient alerter ces leaders et dirigeants sur le risque d'effondrement ou d'implosion de l'UE.
Il y une corrélation entre cette diplomatie dévergondée et partiale de l'UE et la perte de confiance des peuples dans l'avenir de l'UE. En perte de vitesse dans la compétition mondiale, en proie aux crises sociales récurrentes et divisons (à l'exemple du Brexit), l'Europe des gouvernants continue dans son entêtement à vouloir avoir raison contre tous, contre vents et marées, et surtout contre les opinions de ses propres peuples. L'Europe qui donne des leçons de démocratie et d'humanisme a mis plus de deux semaines pour se «partager le poids» de 47 migrants subsahariens et s'indigne de la volonté de Donald Trump pour la construction de son mur à la frontière avec le Mexique. Sa paralysie face à la violence d'Israël et son occupation de la Palestine traduit tout ce qui lui reste de crédibilité et de dignité.
Avec une telle diplomatie construite sur des conjonctures et conjectures d'intérêts immédiats, sans vision et perspectives sur le long terme, l'UE donne l'impression d'agir dans l'urgence sans compter les risques et retours de bâton sur son propre avenir. La fronde des peuples européens est pourtant là: en France, en Italie, en Hongrie, en Roumanie, en Autriche et même en Allemagne qui a vu l'arrivée de l'extrême droite à son Parlement. Toutes ces alertes ne semblent pas inquiéter ses dirigeants qui persistent dans des politiques de fuite en avant devant les périls qui la menacent chez elle. C'est cela aussi la leçon du Brexit que l'UE n'a peut-être pas encore bien comprise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.