Du mépris insondable, estime Benflis    Une tournée et des questions    Suspension des vols pour les avions de type «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9» dans l'espace aérien algérien    Moderne et consensuelle    Le groupe au complet, les choses sérieuses commencent pour la Gambie    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Refus des blouses blanches et robes noires de Annaba    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Pitié pour l'Algérie    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Tébessa: Les devises flambent !    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    Saisie de kif et de comprimés psychotropes    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Rappel à l'ordre    Un gain de 31 places pour l'Algérien Rihane    Le MCO plus que jamais en danger    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Comment est-il arrivé sur le trône ?    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Ouyahia dément    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Bouchareb tente de reprendre la main    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un show diplomatique raté
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 02 - 2019

Le vice-président Mike Pence, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo et le gendre conseiller de Donald Trump, Jarud Kushner, ont pris part à la conférence de Varsovie co-organisée par la Pologne et les Etats-Unis censément dédiée à « promouvoir la paix et la sécurité au Moyen-Orient ». Les deux premiers pour tenter de convaincre les pays participants à rejoindre la coalition anti-iranienne que Washington a constituée avec Israël et les Etats arabes qui voient en l'Iran leur ennemi existentiel. Le troisième pour obtenir de ces mêmes Etats arabes leur acquiescement officiel au plan de « paix » promis par son beau-père aux Israéliens et Palestiniens dont il en est l'architecte déterminant mais controversé.
Au vu du résultat de la conférence, il est incontestable que le vice-président et le secrétaire d'Etat américains ont échoué à la transformer en machine de guerre contre l'Iran. En effet et bien qu'ils n'ont pas lésiné dans les interventions diabolisantes à l'endroit de l'Iran et les menaces à peine voilées contre les Etats qui ne rallieront pas la politique belliqueuse américaine l'égard de ce pays, ils ne sont pas parvenus à faire admettre ce pourquoi ils ont plaidé et fait pression. Ce fiasco était prévisible dès lors qu'a été connue la composante des participants à la conférence. Prévue pour être un sommet des ministres des Affaires étrangères des pays invités, la conférence n'a en effet attiré que ceux des Etats arabes déjà enrôlés dans la coalition anti-iranienne. Les autres pays y compris européens se sont contentés d'y déléguer des représentants obscurs et subalternes, ce qui était façon diplomatique de signifier aux organisateurs qu'ils désapprouvent l'intention cachée qu'ils allaient tenter de leur faire avaliser.
Pour tout résultat, la conférence de Varsovie a accouché d'une vague annonce de constitution d'un cadre international de concertation sur les voies et moyens de ramener la paix et la sécurité au Moyen-Orient sans référence à la constitution d'une coalition internationale contre l'Iran. De ce point de vue, Benyamin Netanyahu qui a fait lui-même le déplacement à Varsovie pour plaider en faveur de la constitution de cette coalition en a été pour ses frais. Il est vrai cependant qu'il en retire un bénéfice diplomatique et politique aux retombées positives pour lui au plan interne israélien.
En se montrant aux côtés des ministres arabes présents, il a émis en effet le signe aux Israéliens que sa politique de rapprochement avec les Etats arabes « modérés » de la région est en train de porter ses fruits à l'avantage d'Israël. Message que Jarud Kushner a manifestement voulu amplifier en s'escrimant à rallier ces Etats arabes au plan de paix américain dont la finalité a l'approbation du Premier ministre israélien. Que ses initiateurs l'aient prémédité ou non, l'objectif de la conférence de Varsovie est apparu comme relevant d'une mise en scène destinée à valoriser le Premier ministre israélien dont la politique régionale est en osmose parfaite avec celle de Washington mais qui risque de devoir céder le pouvoir, cerné qu'il est dans son pays par des affaires judiciaro-policières scabreuses qui pourraient le contraindre à la démission.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.