Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un show diplomatique raté
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 02 - 2019

Le vice-président Mike Pence, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo et le gendre conseiller de Donald Trump, Jarud Kushner, ont pris part à la conférence de Varsovie co-organisée par la Pologne et les Etats-Unis censément dédiée à « promouvoir la paix et la sécurité au Moyen-Orient ». Les deux premiers pour tenter de convaincre les pays participants à rejoindre la coalition anti-iranienne que Washington a constituée avec Israël et les Etats arabes qui voient en l'Iran leur ennemi existentiel. Le troisième pour obtenir de ces mêmes Etats arabes leur acquiescement officiel au plan de « paix » promis par son beau-père aux Israéliens et Palestiniens dont il en est l'architecte déterminant mais controversé.
Au vu du résultat de la conférence, il est incontestable que le vice-président et le secrétaire d'Etat américains ont échoué à la transformer en machine de guerre contre l'Iran. En effet et bien qu'ils n'ont pas lésiné dans les interventions diabolisantes à l'endroit de l'Iran et les menaces à peine voilées contre les Etats qui ne rallieront pas la politique belliqueuse américaine l'égard de ce pays, ils ne sont pas parvenus à faire admettre ce pourquoi ils ont plaidé et fait pression. Ce fiasco était prévisible dès lors qu'a été connue la composante des participants à la conférence. Prévue pour être un sommet des ministres des Affaires étrangères des pays invités, la conférence n'a en effet attiré que ceux des Etats arabes déjà enrôlés dans la coalition anti-iranienne. Les autres pays y compris européens se sont contentés d'y déléguer des représentants obscurs et subalternes, ce qui était façon diplomatique de signifier aux organisateurs qu'ils désapprouvent l'intention cachée qu'ils allaient tenter de leur faire avaliser.
Pour tout résultat, la conférence de Varsovie a accouché d'une vague annonce de constitution d'un cadre international de concertation sur les voies et moyens de ramener la paix et la sécurité au Moyen-Orient sans référence à la constitution d'une coalition internationale contre l'Iran. De ce point de vue, Benyamin Netanyahu qui a fait lui-même le déplacement à Varsovie pour plaider en faveur de la constitution de cette coalition en a été pour ses frais. Il est vrai cependant qu'il en retire un bénéfice diplomatique et politique aux retombées positives pour lui au plan interne israélien.
En se montrant aux côtés des ministres arabes présents, il a émis en effet le signe aux Israéliens que sa politique de rapprochement avec les Etats arabes « modérés » de la région est en train de porter ses fruits à l'avantage d'Israël. Message que Jarud Kushner a manifestement voulu amplifier en s'escrimant à rallier ces Etats arabes au plan de paix américain dont la finalité a l'approbation du Premier ministre israélien. Que ses initiateurs l'aient prémédité ou non, l'objectif de la conférence de Varsovie est apparu comme relevant d'une mise en scène destinée à valoriser le Premier ministre israélien dont la politique régionale est en osmose parfaite avec celle de Washington mais qui risque de devoir céder le pouvoir, cerné qu'il est dans son pays par des affaires judiciaro-policières scabreuses qui pourraient le contraindre à la démission.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.