Un nouveau niet de l'armée à la transition    La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»    Bensalah évoque les «mécanismes» de la présidentielle    Les travailleurs des communes réinvestissent la rue    Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran    Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère    L'Iran souffle le chaud et le froid    Le niet des Palestiniens    De Caracas à Téhéran : les contradictions américaines    «Un vrai test»    Plus d'une quinzaine de syndicats boycottent le ministre du Travail    43 plages autorisées à la baignade    Pain de viande en croûte    Donner une base académique à la musique malouf    Egalité et émancipation au cœur du Hirak    ACTUCULT    Boufarik: Le voleur était le gardien    Axe Gdyel-Benfréha: Un mort et un blessé dans un accident de la route    Bouira: Démantèlement d'un réseau de trafic de kif    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe D : Afrique du Sud - Namibie, vendredi à 21h00: Un nul n'arrangerait personne    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Réseau routier urbain de Zemmoura (Relizane)    La justice suit son cours    Le fléau de la corruption perdure    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Pas de révision des prix    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allez-y tout doucement Messieurs !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2019

Nous vivons déjà un air de campagne électorale. De charges électriques commencent à lancer leurs flammèches. Chacun des acteurs en lice essaye de brandir une sensation d'apeurer l'autre ou l'autre de le dissuader de le faire. Ne sommes-nous pas dans l'obligation d'agir, chacun selon ses convictions, ses positions dans le strict respect de celles des autres ? N'est-il pas de l'apanage d'une bonne démocratie de laisser l'avis s'éclore là où son contraire fait également surface ? A ce titre l'un des plus fondamentaux droits humains et naturels reste ce cri souhaité, lancé à sa naissance, attestant sa viabilité, par un nouveau-né, futur candidat, électeur, gouverneur ou enfin simple citoyen ? Lorsque le peuple voulait son indépendance, il l'a eue. Lorsqu'il persiste à vouloir sa liberté, il tergiverse et lui fait-on prendre la sécurité comme une antinomie. La liberté est indissociable de la sécurité. Il ne peut y avoir nulle liberté dans des garanties sécuritaires. Les deux sont des produits sociaux très chers qu'il faudrait chérir davantage. Penser à sauvegarder des libertés individuelles et collectives dans un pays où il était interdit de penser à contre-courant du pouvoir est en soi un combat continuel. Au souvenir frustrant qu'en ces temps là, la liberté se confinait, exclusivement, dans un pack d'importation ou s'assimilait à un produit impérialiste. Ayant dépassé les premiers balbutiements libertaires, la passion de les accentuer s'était aiguisée, au fur et à mesure de l'évolution de la lutte pour le pouvoir. La liberté de ce jour ne peut se limiter à une simple expression sans écho. Elle est multiple et plurielle. En quoi une banderole, un slogan, un sit-in puisse-t-il embarrasser des niveaux supérieurs ?
La consécration des libertés est une entité totale. L'exclusion, l'exil forcé ou le refuge dans le silence ne doivent pas s'élever comme ritournelle à une opposition en mal d'ancrage sociétal. L'on n'a jamais vu un Français ou un Américain affichant nettement son opposition au pouvoir, agir à partir d'un Etat étranger. Il le fait de chez lui, avec les siens et sans « la main étrangère ». C'est cette fermeture d'espace expressif, voulue par certains cercles zélés et encore, parfois, loin du pouvoir en place, qui fait, malheureusement, exacerber les haines, attiser les colères et fait perdre tout le raisonnement nécessaire. Quand un président, candidat dit assurer la liberté à tous et l'un des auto-porte-voix, croyant agir en son nom, d'entre ministres, chefs de partis ou simples rabatteurs, il faudrait bien sonner le glas. Il faudrait bien frotter ses yeux pour pouvoir distinguer la sincérité de la comédie, la loyauté de l'esbroufe.
Renforcer la liberté est un attribut d'un Etat fort qui ne craint pas de sévir là où celle-ci est menacée. La rétrécir par contre, en avoir la trouille à fleur de peau ou en être frétillant ne sera qu'une résistance précaire face à un besoin instinctif et biologique. Car l'histoire qui devra se faire aura à retenir ce rétrécissement comme une honte à dégueuler le jour du bris de chaînes. Que de pans historiques dans l'évolution des pays n'aient pas eu à rougir de certains hommes ayant, pour raison de survie, escamoté les libertés populaires. Laisser-faire dans la règle, laisser-dire dans l'éthique, canaliser le tout dans un contrat social agréé, sont loin des actions tendant à gadgétiser la démocratie par des libertés à menu fretin. Il est vrai qu'à chaque élection, tant l'intérêt que la convoitise du pouvoir font monter d'un cran le délire fiévreux ; l'on se dit que toutes les manœuvres possibles sont utiles. La propagande, la désinformation et l'intox apparaissent chez leurs initiateurs, de tout bord, je dis de tout bord, comme des éléments stratégiques. Ainsi le bon sens jugera qu'il ne peut y avoir de place ni pour les menaces, ni pour la peur ni pour les intimidations. Referez-vous Messieurs à la loi et allez-y tout doucement. L'Algérie est dans le besoin de tous les avis, dans toute leurs pluralité et diversité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.