Météo.. Des pluies soutenues à l'Est    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allez-y tout doucement Messieurs !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2019

Nous vivons déjà un air de campagne électorale. De charges électriques commencent à lancer leurs flammèches. Chacun des acteurs en lice essaye de brandir une sensation d'apeurer l'autre ou l'autre de le dissuader de le faire. Ne sommes-nous pas dans l'obligation d'agir, chacun selon ses convictions, ses positions dans le strict respect de celles des autres ? N'est-il pas de l'apanage d'une bonne démocratie de laisser l'avis s'éclore là où son contraire fait également surface ? A ce titre l'un des plus fondamentaux droits humains et naturels reste ce cri souhaité, lancé à sa naissance, attestant sa viabilité, par un nouveau-né, futur candidat, électeur, gouverneur ou enfin simple citoyen ? Lorsque le peuple voulait son indépendance, il l'a eue. Lorsqu'il persiste à vouloir sa liberté, il tergiverse et lui fait-on prendre la sécurité comme une antinomie. La liberté est indissociable de la sécurité. Il ne peut y avoir nulle liberté dans des garanties sécuritaires. Les deux sont des produits sociaux très chers qu'il faudrait chérir davantage. Penser à sauvegarder des libertés individuelles et collectives dans un pays où il était interdit de penser à contre-courant du pouvoir est en soi un combat continuel. Au souvenir frustrant qu'en ces temps là, la liberté se confinait, exclusivement, dans un pack d'importation ou s'assimilait à un produit impérialiste. Ayant dépassé les premiers balbutiements libertaires, la passion de les accentuer s'était aiguisée, au fur et à mesure de l'évolution de la lutte pour le pouvoir. La liberté de ce jour ne peut se limiter à une simple expression sans écho. Elle est multiple et plurielle. En quoi une banderole, un slogan, un sit-in puisse-t-il embarrasser des niveaux supérieurs ?
La consécration des libertés est une entité totale. L'exclusion, l'exil forcé ou le refuge dans le silence ne doivent pas s'élever comme ritournelle à une opposition en mal d'ancrage sociétal. L'on n'a jamais vu un Français ou un Américain affichant nettement son opposition au pouvoir, agir à partir d'un Etat étranger. Il le fait de chez lui, avec les siens et sans « la main étrangère ». C'est cette fermeture d'espace expressif, voulue par certains cercles zélés et encore, parfois, loin du pouvoir en place, qui fait, malheureusement, exacerber les haines, attiser les colères et fait perdre tout le raisonnement nécessaire. Quand un président, candidat dit assurer la liberté à tous et l'un des auto-porte-voix, croyant agir en son nom, d'entre ministres, chefs de partis ou simples rabatteurs, il faudrait bien sonner le glas. Il faudrait bien frotter ses yeux pour pouvoir distinguer la sincérité de la comédie, la loyauté de l'esbroufe.
Renforcer la liberté est un attribut d'un Etat fort qui ne craint pas de sévir là où celle-ci est menacée. La rétrécir par contre, en avoir la trouille à fleur de peau ou en être frétillant ne sera qu'une résistance précaire face à un besoin instinctif et biologique. Car l'histoire qui devra se faire aura à retenir ce rétrécissement comme une honte à dégueuler le jour du bris de chaînes. Que de pans historiques dans l'évolution des pays n'aient pas eu à rougir de certains hommes ayant, pour raison de survie, escamoté les libertés populaires. Laisser-faire dans la règle, laisser-dire dans l'éthique, canaliser le tout dans un contrat social agréé, sont loin des actions tendant à gadgétiser la démocratie par des libertés à menu fretin. Il est vrai qu'à chaque élection, tant l'intérêt que la convoitise du pouvoir font monter d'un cran le délire fiévreux ; l'on se dit que toutes les manœuvres possibles sont utiles. La propagande, la désinformation et l'intox apparaissent chez leurs initiateurs, de tout bord, je dis de tout bord, comme des éléments stratégiques. Ainsi le bon sens jugera qu'il ne peut y avoir de place ni pour les menaces, ni pour la peur ni pour les intimidations. Referez-vous Messieurs à la loi et allez-y tout doucement. L'Algérie est dans le besoin de tous les avis, dans toute leurs pluralité et diversité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.