DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CROYANCES ET CONVICTIONS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 05 - 2019

L'évidence d'un statuquo est si criarde que la sortie du phénoménal culde-sac national paraît aujourd'hui aléatoire. Les tenants du pouvoir s'agrippent farouchement à la tenue des élections présidentielles et on est tenté de leur prêter la volonté d'imposer un candidat sorti de leur casquette pour que l'Algérie se repositionne encore dans la situation de 1999.
Il n'est pas dit que l'heureux élu choisi ne soit pas armé des plus viles recettes que celles du président récemment déchu. Mais il n'est pas dit non plus que ceux qui ont entre les mains la destinée du pays ne soient pas conscients des faiblesses humaines tapies chez l'éventuel prétendant désigné et on doit leur accorder la compréhension de la difficulté à trouver la situation la plus juste et la plus conforme pour que le pays échappe à une nouvelle tragédie vers laquelle il semble s'orienter. La gouvernance actuelle ne doit pas seulement marquer une pause pour changer d'habit car il est bien question de survie de tout un peuple. Les vieilles recettes des intronisations se sont avérées des jeux de poupées.
On sait que ceux qui ont cautionné Bouteflika l'ont aussitôt amèrement regretté. L'Histoire de l'Algérie est riche à l'excès en retournements et à trop user de roublardises et de manœuvres politiciennes de bas étage, les acteurs politiques friands des attributs du trône ont jeté le pays dans un foutoir. Pour s'en sortir la tâche est titanesque. Sérieux dilemme que celui de voir s'affronter la nécessité de ne s'en tenir qu'à l'application d'une Constitution décriée et l'impératif de tout raser. L'imbroglio est assez original. On se sert du texte fondamental de part et d'autre quand il arrange le cours du fleuve et on s'en méfie quand il écorne sérieusement la vérité. La peur de se tirer une balle dans le pied est à son comble et le peuple malgré sa colère n'est pas dupe. Il sait ce qu'il a à gagner et ce qu'il a à perdre.
A bien observer l'étendue des croyances, des convictions, des mentalités et du discours populaire, les Algériens de guerre lasse peuvent être enclins à opter pour la justice divine et d'imposer le Livre comme Constitution. Tant qu'à faire, on y est peut-être déjà.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.