Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Automobile: reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Arrivage de Chine de la première commande des moyens de protection contre le Covid-19    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Le Real sait à quoi s'en tenir pour Sadio Mané    Coronavirus : Le ministre de l'Education annonce une mouture de plan de contingence    Report de la réunion d'urgence Opep-Russie    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    4 hirakistes relaxés    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les journées internationales reportées à fin mai    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    25 décès et 80 nouveaux contaminés enregistrés hier    Mostaganem : Démantèlement d'un atelier de produits pharmaceutiques    Don d'un opérateur privé à Bouira : 1000 tests de dépistage rapide du COVID-19 importé    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    Douanes: Mesures exceptionnelles pour faciliter l'importation    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CROYANCES ET CONVICTIONS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 05 - 2019

L'évidence d'un statuquo est si criarde que la sortie du phénoménal culde-sac national paraît aujourd'hui aléatoire. Les tenants du pouvoir s'agrippent farouchement à la tenue des élections présidentielles et on est tenté de leur prêter la volonté d'imposer un candidat sorti de leur casquette pour que l'Algérie se repositionne encore dans la situation de 1999.
Il n'est pas dit que l'heureux élu choisi ne soit pas armé des plus viles recettes que celles du président récemment déchu. Mais il n'est pas dit non plus que ceux qui ont entre les mains la destinée du pays ne soient pas conscients des faiblesses humaines tapies chez l'éventuel prétendant désigné et on doit leur accorder la compréhension de la difficulté à trouver la situation la plus juste et la plus conforme pour que le pays échappe à une nouvelle tragédie vers laquelle il semble s'orienter. La gouvernance actuelle ne doit pas seulement marquer une pause pour changer d'habit car il est bien question de survie de tout un peuple. Les vieilles recettes des intronisations se sont avérées des jeux de poupées.
On sait que ceux qui ont cautionné Bouteflika l'ont aussitôt amèrement regretté. L'Histoire de l'Algérie est riche à l'excès en retournements et à trop user de roublardises et de manœuvres politiciennes de bas étage, les acteurs politiques friands des attributs du trône ont jeté le pays dans un foutoir. Pour s'en sortir la tâche est titanesque. Sérieux dilemme que celui de voir s'affronter la nécessité de ne s'en tenir qu'à l'application d'une Constitution décriée et l'impératif de tout raser. L'imbroglio est assez original. On se sert du texte fondamental de part et d'autre quand il arrange le cours du fleuve et on s'en méfie quand il écorne sérieusement la vérité. La peur de se tirer une balle dans le pied est à son comble et le peuple malgré sa colère n'est pas dupe. Il sait ce qu'il a à gagner et ce qu'il a à perdre.
A bien observer l'étendue des croyances, des convictions, des mentalités et du discours populaire, les Algériens de guerre lasse peuvent être enclins à opter pour la justice divine et d'imposer le Livre comme Constitution. Tant qu'à faire, on y est peut-être déjà.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.