Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre la corruption: Gaïd Salah évoque des dossiers «lourds» et «dangereux»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 05 - 2019

  De Ouargla, le chef d'état-major de l'ANP a évoqué, hier, la lutte contre la corruption, une corruption qui, précise-t-il, s'appuie sur des réseaux politiques, financiers et médiatiques «ainsi que de nombreux lobbies infiltrés au sein des institutions du pays».
Une déclaration qui souligne toute l'étendue du fléau qui a gangréné l'économie nationale jusqu'aux arcanes du pouvoir décisionnel. Gaïd Salah, à travers ce rappel, jette la lumière sur les interconnexions entre la politique et les affaires, estimant que la formule adoptée pour lutter contre la corruption est la bonne, s'appuyant «sur une base forte et solide» fondée sur des enquêtes fortes d'«informations précises et confirmées» à propos de nombreux dossiers qualifiés par lui de «lourds» et de «dangereux». Le déclenchement de ces enquêtes «aux preuves irréfutables» a «dérangé et terrifié la bande», ajoute Gaïd Salah qui affirme que la bande «s'est empressée d'essayer d'entraver les efforts de l'Armée nationale populaire et de l'appareil judiciaire». A ce propos, il appelle les Algériens à faire «preuve d'une extrême vigilance» et de faire corps «avec son Armée» pour interdire «aux instigateurs des plans pernicieux de s'infiltrer dans les rangs du peuple quelles que soient les conditions et les circonstances». Pour le vice-ministre de la Défense, la solidarité du peuple algérien avec la justice «est une autre garantie essentielle, lui permettant de poursuivre son rôle et d'accomplir son devoir national dans ce processus d'assainissement». En parallèle des orientations de Gaïd Salah, l'appareil judiciaire continue de traiter les affaires liées à la dilapidation des deniers publics et à la corruption avec la convocation de nombreux anciens hauts responsables politiques du pays. A ce titre, le dossier Ali Haddad qui risque de coûter très cher aux hommes forts du régime de Bouteflika puisque deux ex-Premiers ministres et cinq anciens ministres de la République sont appelés à comparaître devant la Cour suprême. Convoqués par le procureur du tribunal de Sidi M'hamed, près la cour d'Alger, Abdelmalek Sellal, Ahmed Ouyahia, Amara Benyounes, Amar Tou, Hocine Necib, Abdelghani Zaalane, et Karim Djoudi ont été informés jeudi dernier des griefs retenus contre eux et du transfert de leurs dossiers à la Cour suprême, rapportait le quotidien francophone El Watan dans son édition de lundi. Ils sont tous cités dans l'affaire liée aux marchés publics dont a bénéficié le patron de l'ETRHB et pour laquelle il a été inculpé jeudi dernier par le juge d'instruction près le même tribunal, ajoute la même source. Les anciens hauts responsables bénéficient du privilège de juridiction tel que prévu par l'article 573 du code de procédure pénale qui stipule que dans le cas où un membre du gouvernement est susceptible d'être inculpé d'un crime ou d'un délit commis dans l'exercice ou par l'exercice de ses fonctions, le procureur de la République saisi de l'affaire transmet le dossier par voie hiérarchique au procureur général près la Cour suprême, lequel désigne un membre de cette cour aux fins de mener l'instruction.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.