Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 05 - 2019

  Le chef d'état-major de l'ANP considère que les conditions pour la tenue d'une élection présidentielle ne sont pas réunies et s'active à reformuler l'initiative en alliant instruments législatifs et «consensus» politique.
Le report de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain est dans l'air depuis plusieurs semaines. Son annonce officielle n'est qu'une simple formalité. Le dépôt samedi par deux personnes de leur dossier de candidats à la candidature auprès du Conseil constitutionnel parmi les 75 qui avaient déposé leur lettre d'intention auprès du ministère de l'Intérieur ne changera rien à la donne. Quoique le pouvoir est sorti vainqueur d'une période de «cogitation» militaro-politico-constitutionnelle si l'on voit que malgré toutes les menaces du «hirak», des dossiers de candidatures ont bien été déposés. Ceux des observateurs qui pensent que les élections sont annulées parce qu'il y absence de candidature de «grosses pointures», comprendre leaders connus de partis politiques ou personnalités nationales, sont contredits par d'autres qui affirment que la scène politique ne peut être assainie que si les partis politiques existants disparaissent pour réapparaître avec de nouveaux profils conformes aux nouvelles évolutions nationales. L'indigence de la classe politique permet au pouvoir militaire de rester maître des lieux et d'orienter les étapes constitutionnelles et politiques à venir vers des objectifs qu'il sera seul à déterminer clairement.
«Le chef d'état-major n'a pas voulu opérer un coup de force parce qu'il sait que les conditions actuelles ne sont favorables à aucune démarche dans ce sens», affirment des sources proches de l'ANP à propos de l'élection présidentielle. « Il ne voulait pas d'autres bras de fer avec le hirak, il tient absolument à cadrer ses décisions avec les revendications exprimées même s'il tient à prendre en charge certaines et pas d'autres », soutient un responsable proche des Tagarins. Les propos laissent entendre que le pouvoir actuel tient les choses en main et ne permettra aucune autre solution à la crise que celle qu'il a en tête depuis qu'il s'est érigé en rempart contre toute velléité de déstabilisation de son commandement, de l'institution militaire et de l'Etat.
Justice express et démarches constitutionnelles
Le (re)cadrage de ses décisions, Ahmed Gaïd Salah l'a déjà fait à plusieurs reprises en évitant en premier d'évoquer la date du 4 juillet tout en insistant sur l'exigence d'une élection présidentielle «dans les plus brefs délais». Il l'a montré notamment à travers son dernier discours à partir de Biskra en appelant à la mise en place «urgente» d'une commission d'organisation des élections. L'intitulé qu'il a employé signifie, selon les analystes, qu'il a déjà entre les mains le canevas de constitution et de fonctionnement de cette instance. L'on dit qu'il a déjà instruit le chef de l'Etat pour établir une liste de magistrats et en sortir les noms de ceux qui seront appelés à y siéger. Le nouveau ancien procureur de la République, Belkacem Zeghmati, aura probablement une mission à mener dans ce registre, notamment celle d'en convaincre les magistrats qui ont manifesté ces derniers temps pour être dans l'air du temps du «hirak». Son communiqué d'hier par lequel il annonce le transfert des dossiers d'anciens responsables politiques bien en vue devant la Cour suprême montre, si besoin est, qu'il mène une course contre la montre pour appliquer à la lettre les décisions du général de corps d'armée en premier celle d'accélérer la lutte contre la corruption par la convocation par la justice de toutes les têtes symboles du système Bouteflika. D'une comparution par « une simple procédure de forme » comme noté déjà par des hommes de loi, ces anciens responsables sous les Bouteflika devront désormais répondre devant la juridiction compétente entre autres «de faits avérés de détournement, de dilapidation de biens publics, d'enrichissement illicite, de mauvaise gestion, de trafic d'influence… » qu'on dit contenus dans des dossiers déjà ficelés. La rapidité avec laquelle la Cour suprême a été actionnée, Gaïd Salah la veut en évidence comme preuve que l'article 573 du code de procédure pénale n'est plus contredit. Les sursauts d'une justice express comme la veut le chef d'état-major lui font gagner du temps. Ils occupent l'esprit populaire et l'éloignent de l'exigence d'un droit de regard sur les démarches qu'il compte prendre pour organiser des élections présidentielles. L'essentiel pour le général de corps d'armée est qu'aucune entité ne puisse lui reprocher une quelconque illégalité.
Gaïd Salah «facilitateur»?
Ceux des milieux qui ont affirmé que le général de corps d'armée a rencontré hier le chef de l'Etat ont avancé, convaincus, que les discussions entre les deux responsables ont porté sur les étapes à lancer à partir de l'annonce officielle du report de l'élection présidentielle. Qu'elle ait eu lieu ou pas, le premier doit préparer le second à la suite à donner aux événements à venir. La réunion d'hier du Conseil constitutionnel vient confirmer d'une manière implicite qu'un nouveau délai constitutionnel pour préparer les conditions requises à des élections présidentielles est officiellement amorcé. Reste à lui trouver la formule adéquate pour qu'il soit conforme au respect du cadre constitutionnel auquel tient le chef d'état-major de l'armée. Les éléments politiques en seront un fardage de circonstance. Il est attendu que Abdelkader Bensalah appelle à une nouvelle « tournée » de consultations avec la classe politique.
A condition, bien sûr, que c'est Gaïd Salah qui le dit explicitement aux opposants qui veulent qu'il se tienne «derrière le rideau». Ce sera pour eux la caution absurde que ce n'est pas Bensalah « le symbole du système » qui en est le maître mais est un simple exécutant d'instructions d'un général de corps d'armée «facilitateur». L'opposition n'a pas été gênée d'en faire un de ses préalables. Les «espaces de réflexion et de proposition» qui se constituent à travers le pays s'accordent en général à exiger de Gaïd Salah qu'il se passe du 1er ministre, de son gouvernement «ou d'au moins les quatre de ses ministres qui détiennent les portefeuilles ayant un droit de regard direct sur l'organisation de scrutins avec en tête le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire». Des préalables sur lesquels il s'est, dit-on, penché hier avec Bensalah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.