Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ATTENTE ET LES EXIGENCES DE SOI AUSSI
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 06 - 2019

Il est indéniable que les marches populaires des vendredis préfigurent l'énoncé d'une leçon de vie. Mieux vivre dans la sérénité et évoluer dans un minimum de bonheur est à la base des réclamations des millions de marcheurs. L'insurrection non violente de la majorité des Algériens à travers tout le pays est d'abord une exigence pour un retour à des normes morales économiques et sociales justes et équitables pour tous. La mise hors des champs politiques des personnalités de l'ancien système réclamée par la rue est aussi une quête populaire pour une définitive table rase du passé.
Cette volonté soutenue et réaffirmée tous les vendredis est à l'évidence à applaudir et il serait heureux que les citoyens y adhèrent en toute conscience. Elle leur recommande cependant de s'inscrire eux-mêmes dans cette logique et d'exiger d'eux-mêmes ce qu'ils réclament à cors et à cris à des dirigeants qu'ils accusent d'avoir mené le pays à la ruine. Ne pas se corriger soi-même équivaudrait à rendre siennes les tares avérées de ceux qu'on incrimine et rendre caduc ce pourquoi on s'est soulevé. On ne peut pas demander aux autres de se redresser si l'on ne fait pas l'effort de se redresser soi-même. Or la flagrance de l'incivilité presque générale n'est en équation harmonieuse ni avec les lourds griefs scandés tous les vendredis ni avec les attentes de la population.
Il est vrai que les pénibles excroissances sociales vécues jusqu'ici ont des origines profondes dues à une gestion catastrophique du pays et une mise en marche trop perturbée de toute une société. Cette gestion hémiplégique de faux prophètes a perverti les consciences et a enduit le comportement social d'épaisses couches de tartre aujourd'hui ardues à effacer.
Pour être en conformité avec soi-même, le peuple est astreint à sa propre mue. La tâche aussi lourde et compliquée soit-elle pourrait s'avérer aisée si l'on commençait d'abord par aimer et respecter son prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.