Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coup de com de D. Trump
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 06 - 2019

Donald Trump prétend avoir annulé in extremis le 20 juin des représailles militaires contre l'Iran qui un peu plus tôt avait abattu un drone américain. Il a expliqué qu'il a pris cette décision après qu'un général du Pentagone lui a fait savoir que les frappes programmées contre des sites et des infrastructures militaires de l'Iran feraient plus de 150 morts.
En faisant valoir cette considération humanitariste, l'ineffable président américain a visé à donner de lui l'image d'un commandant en chef tout aussi résolu que ménager des pertes humaines même chez l'ennemi iranien. Cette image est de la bonne com destinée à ses compatriotes dont il est en quête du suffrage pour sa réélection à un second mandat. Elle ne passe pas néanmoins auprès de l'opinion internationale qui se doute bien que le cow-boy qui préside aux destinées de l'Amérique ne s'est pas refréné en raison de ce qu'il a avancé, mais parce qu'il lui a été fait comprendre par certains de ses alliés et protégés de son pays que l'action qu'il venait d'ordonner déclencherait d'inacceptables conséquences pour leurs pays voire même pour certains un coup dont ils ne se relèveront plus.
Parmi ces Etats effrayés par des représailles américaines contre l'Iran, les Emirats arabes ont été les plus pressants auprès du président américain. Ils lui ont fait valoir que les Iraniens ne se laisseront pas attaquer sans répliquer et qu'aucune protection n'empêchera les Emirats de subir des représailles de leur part. Ces Emirats que seul un étroit bras de mer sépare de l'Iran constituent en effet une cible que les militaires iraniens ne manqueront pas de frapper en cas d'attaque contre leur pays.
Cette menace, les émirs l'ont parfaitement cernée. Ce pourquoi malgré la haine qu'ils vouent au pays voisin, ils ont recommandé la retenue à Donald Trump et ses « faucons » de conseillers. Ils ont en fait compris que si des représailles américaines feront mal à l'Iran, celui-ci est en capacité d'infliger à leur poussière d'émirats de plus grands et irrémédiables maux.
Pour autant, les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran ne sont pas retombées après le rétropédalage de Donald Trump. Celui-ci continue de menacer l'Iran et comme il est totalement imprévisible, il peut à tout moment créer l'irrévocable à l'égard de ce pays. Pour peu par exemple que ses conseillers en com lui font valoir que sa réélection est tributaire d'une « bonne guerre » et que celle contre l'Iran serait la plus productive électoralement. L'irascible et dénué de scrupules qui préside à la Maison Blanche est imperméable à la raison et donc capable du pire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.