7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Entretiens marathons de Boukadoum à Bamako: L'Algérie au chevet du Mali    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Ain El Kerma: Découverte d'un troisième cadavre rejeté par la mer    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Tébessa: Trois morts dans une collision    «Khayrek sbaq»    Communiqué du Conseil des ministres    Tebboune annonce des législatives anticipées    "Si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer"    L'Algérie a opté pour "la protection du citoyen"    Les contaminations sous la barre des 200    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    L'ange blanc du malouf s'est envolé a jamais!    Un ramassis de clichés et de mensonges    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Ighil prolonge d'une année    Le timing se précise    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Une opportunité de relance économique du secteur    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DES ATTRIBUTS DE ZOMBIES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 08 - 2019

Nous nous parons souvent de lunettes déformantes pour juger notre voisin immédiat et pour évaluer notre environnement. Notre jugement est fatalement subjectif, empreint d'observations plates basées sur une culture réductrice forgée par un universalisme dont nous ne saisissons pas toujours les contours. Traiter le peuple de «ghachi» et affirmer que l'on se serait trompé de société, aussi vrai que soit le constat, produit par un moment de dépit ou de colère, et aussi imparable qu'il soit perçu face à un non-respect des normes, relève cependant d'une myopie évidente quand nous occultons l'étroite dimension historique du pays et quand nous sommes réduits à ne nous comparer qu'aux nations qui imposent leur cadence de marche sur toute l'humanité.
Il y a un peu de ça dans notre désir de mettre l'Algérie au niveau des pays très avancés, bien que l'on oublie que tout n'est pas rose chez eux et l'on ne retient que leur côté jardin occultant leur immense misère à peine cachée et les drames que vivent en silence des pans entiers de leurs sociétés. On oublie que leur grande force repose sur des institutions solides bâties par des siècles de terribles turbulences et des millions de morts.
Il est vrai que par des moments de désarroi et d'incompréhension nous nous surprenons détenteurs des attributs de zombies. Par manque de lucidité et un trop plein d'infantiles fanfaronnades, par les fausses croyances et les puériles visions de nos incompétents dirigeants et par notre très court parcours perturbé depuis l'indépendance nous ne pouvions revêtir que le profil de l'inculture et de la régression mais en gardant cependant les circonstances atténuantes dévolues à de trop jeunes pays. Et s'il y avait une comparaison à faire, il faudrait orienter le regard vers des jeunes nations assises sur des richesses naturelles inouïes mais où la famine et les épidémies ont toujours leur mot à dire pour nous suggérer que notre rente pétrolière nous aurait été souvent présentée injustement comme élément à charge.
La pénible conjoncture historique que traverse actuellement l'Algérie serait donc, par le tissage et le fourmillement d'une multitude de subjectivités dangereuses, une étape naturelle. La nature est d'abord et avant tout norme et l'exigence aujourd'hui pour les Algériens est un retour à la norme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.