Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 08 - 2019

Accroupi devant une tombe joliment fleurie, un homme d'un certain âge psalmodie à voix basse des versets coraniques avant de lever les bras au ciel pour prier pour le repos de l'âme de l'être cher perdu. Il y a du monde en ce lundi sous une chaleur étouffante, plus de 43°C à l'ombre.
Depuis longtemps déjà, les cimetières sont devenus des lieux de rencontre... pour les vivants. Même si on continue à lever les morts comme on lève une séance, les gens, après un furtif moment de frayeur et de recueillement, repartent très vite à leurs occupations plus terre à terre. Le cimetière, situé en périphérie de la ville sur la route de Aïn Guesma, est déjà presque plein. Les deux autres cimetières de la ville ont été fermés depuis longtemps après avoir affiché « complet ».
Beaucoup de personnes, qui habitent pourtant dans la même ville voire le même quartier, ne se croisent pas pendant des mois ou même des années. C'est autour de la sépulture d'un mort, qu'on accompagne à sa dernière demeure, que les gens se rencontrent avant de se perdre de vue... jusqu'au prochain enterrement. Dans un coin isolé de la demeure des morts, des groupuscules compacts de tempes grises, venus dire adieu à un enfant de la ville brutalement arraché à l'affection des siens. Au beau milieu de la grande placette à l'entrée du cimetière, des anonymes, comme perdus au milieu de la foule, tentent de reconnaître qui un visage familier, qui une silhouette, qui un ami perdu de vue depuis des lustres... Aspirés par les vicissitudes d'une vie qui ne laisse guère le temps de souffler ni même de penser aux autres, des habitudes ancestrales se perdent pour laisser place à des maladies dites des «temps modernes, à l'exemple de la tension artérielle, le diabète ou encore le stress qui font un ravage en silence», soupire un homme d'un certain âge dans l'oreille de son ami. «Nous habitons le même quartier et pourtant ça fait au moins deux mois qu'on ne s'est pas vus, ni même croisés dans la rue, on dirait qu'on vit dans deux mondes différents», s'exclame Ali qui n'a pas vu ses amis d'enfance depuis des lustres après avoir emménagé dans un autre quartier de la ville. Aujourd'hui, les cimetières sont devenus des lieux de rencontre pour les vivants. Les gens, après quelques furtifs moments de frayeur et de recueillement, repartent très vite à leurs occupations plus terre à terre, c'est le propre de l'homme oublieux par nature. La mort s'invite plus souvent chez les vivants, comparé à un temps passé où la vie était plus appréciée et croquée à pleines dents, même dans le dénuement le plus total. Souvent, l'occasion est propice dans les allées silencieuses des cimetières pour des (ré)conciliations entre des hommes fâchés depuis trop longtemps, comme «déboussolés» par une vie qui ne laisse plus de place aux effusions de sentiments. D'autres, toute honte bue, trouvent même le moyen de «régler leurs affaires» «chahutant» les imprécations et autres prières des gens, réunis autour des tombes de leurs disparus.
«Des gens qui ne se voient pas pendant des semaines, voire des mois, se rencontrent dans ce point de chute pour tous qui est le cimetière», commente d'une voix étouffée un homme d'un certain âge, avant de s'interroger, un rien philosophe, « pourquoi les vivants doivent se rencontrer à chaque fois qu'ils doivent dire adieu à l'un des leurs ? ». D'autres, ayant quitté Tiaret pour des impératifs professionnels pour la plupart, reviennent à leur ville natale pour jeter un regard nostalgique sur les lieux, ne manquant pas d'embrasser la première «tête» à portée de bouche... Dans les domiciles mortuaires, la foule est immense et les palabres interminables. Une semaine durant, c'est la tradition ici, les vivants se rencontrent chez les familles des morts pour se tailler des brins de causette autour d'un «tâam bel mergua», d'un café ou d'un thé brûlant. Ils ne se reverront plus jusqu'au prochain enterrement... Sommes-nous tous devenus des croque-morts ?!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.