Présidentielle: les médias appelés à une contribution efficace et responsable pour la consécration du principe d'égalité    La communauté internationale exhortée à mettre fin à l'agression israélienne    Etiquetage "colonies": appliquer la décision de la CJUE aux produits sahraouis    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (400m T36): Bouzourine en finale    L'OMS veut élargir l'accès aux traitements contre le diabète    Festival de danse contemporaine: une nouvelle génération de danseurs algériens émerge    EDUCATION : Vers une grève de 3 jours renouvelable dans les primaires    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE MOSTAGANEM : Vers l'ensemencement de 46112 hectares de céréales    LYCEE "OULD KABLIA SALIHA" (MOSTAGANEM) : Campagne de sensibilisation sur les risques du gaz    Zerouati participe jeudi et vendredi en Afrique du Sud à la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement    Emploi au Sud: Un plan d'action pour définir les entraves    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Foot/Qualifications CAN-2021: Algérie-Zambie: éviter de trébucher d'entrée    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Les campus au rendez-vous    Le prononcé du jugement renvoyé au 26 novembre    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Morales se réfugie au Mexique    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Séance surréaliste à l'APN    Rupture et montée en gamme    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Que reste-t-il du grand clasico ?    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Amrouche convoque 25 joueurs    Vivre avec et contre le passé    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Le pari gagnant de l'Algérie    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Place aux entreprises algériennes    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La convergence se dessine entre le politique et le syndical
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2019

Les syndicats autonomes ont d'emblée soutenu le mouvement populaire du 22 février et adhèrent à son exigence d'un changement radical de système politique, mais sans pour autant interférer dans sa dynamique en essayant d'en apparaître les représentants et le moteur de sa contestation ainsi que le font d'autres acteurs politiques et sociétaux. Sans rompre avec cette ligne de conduite, la Confédération des syndicats autonomes (CSA) qui regroupe certains d'entre eux a toutefois décidé d'une action spécifique qui prendra la forme d'une « journée de protestation » que les adhérents des syndicats membres traduiront en marches dans chaque wilaya du pays.
Cette montée au créneau de la protestation et la revendication qu'entend faire la confédération syndicale s'impose du fait que le gouvernement Bedoui exploitant la conjoncture actuelle est en train de faire passer des projets et promulguer des lois au plan économique et social dont les syndicats et une large frange de l'opinion publique rejettent les orientations et le caractère hypothéquant pour la souveraineté nationale et l'avenir de générations de citoyens. L'entrée dans la danse de la contestation populaire des syndicats présage la survenue d'une situation dont le pouvoir aura peine à s'en dépêtrer : celle de la convergence entre contestation politique et sociale. Les initiateurs de l'action du 29 octobre ne font d'ailleurs pas mystère qu'elle est destinée à cela.
Outre en effet qu'ils lui ont fixé pour objectif d'exprimer le refus des syndicats et de leurs adhérents concernant les projets du gouvernement Bedoui auquel ils dénient toute légitimité et légalité à engager le devenir du pays, ils ont affirmé également qu'elle doit démontrer leur soutien au mouvement populaire en répercutant en direction du pouvoir les exigences qu'il réitère sans discontinuité depuis le 22 février.
Les syndicats autonomes qui se sont gardés jusque-là d'investir ouvertement le camp politique pour ne pas prêter le flanc à l'accusation par le pouvoir d'être instrumentalisés par des forces politico-partisanes mettent fin à cette réserve sous l'effet entraînant de la dynamique du mouvement populaire et de leur certitude désormais ancrée que la seule contestation sociale ne peut produire le changement radical qu'exige le peuple algérien.
Pour renforcer ce mouvement populaire, ils ont décidé de mettre à son service leur capacité de mobilisation le sachant ciblé par des manœuvres visant à mettre à mal son unité et à le faire apparaître comme l'instrument d'une minorité roulant pour des « agendas étrangers » ou en poursuite de desseins que réprouverait la majorité des Algériens. En tout état de cause et en raison de la tournure qu'a prise la crise dans le pays, les syndicats se doivent d'être partie prenante dans la confrontation qu'elle suscite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.