Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : L'Etat financera "la campagne électorale des jeunes''    LOGEMENTS LOCATION-VENTE A MOSTAGANEM : Les souscripteurs d'AADL 2 protestent devant la Wilaya    PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM : Plus de 265 interventions en une semaine    ORGANISATION DES EXAMENS SEMESTRIELS A ADRAR : Des centres de proximité retenus par l'université    EL-BAYADH : La BRI arrête 4 individus faisant l'objet de mandats d'arrêt    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Révision de la loi électorale : La Commission a deux mois et demi pour soumettre son travail    Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La convergence se dessine entre le politique et le syndical
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2019

Les syndicats autonomes ont d'emblée soutenu le mouvement populaire du 22 février et adhèrent à son exigence d'un changement radical de système politique, mais sans pour autant interférer dans sa dynamique en essayant d'en apparaître les représentants et le moteur de sa contestation ainsi que le font d'autres acteurs politiques et sociétaux. Sans rompre avec cette ligne de conduite, la Confédération des syndicats autonomes (CSA) qui regroupe certains d'entre eux a toutefois décidé d'une action spécifique qui prendra la forme d'une « journée de protestation » que les adhérents des syndicats membres traduiront en marches dans chaque wilaya du pays.
Cette montée au créneau de la protestation et la revendication qu'entend faire la confédération syndicale s'impose du fait que le gouvernement Bedoui exploitant la conjoncture actuelle est en train de faire passer des projets et promulguer des lois au plan économique et social dont les syndicats et une large frange de l'opinion publique rejettent les orientations et le caractère hypothéquant pour la souveraineté nationale et l'avenir de générations de citoyens. L'entrée dans la danse de la contestation populaire des syndicats présage la survenue d'une situation dont le pouvoir aura peine à s'en dépêtrer : celle de la convergence entre contestation politique et sociale. Les initiateurs de l'action du 29 octobre ne font d'ailleurs pas mystère qu'elle est destinée à cela.
Outre en effet qu'ils lui ont fixé pour objectif d'exprimer le refus des syndicats et de leurs adhérents concernant les projets du gouvernement Bedoui auquel ils dénient toute légitimité et légalité à engager le devenir du pays, ils ont affirmé également qu'elle doit démontrer leur soutien au mouvement populaire en répercutant en direction du pouvoir les exigences qu'il réitère sans discontinuité depuis le 22 février.
Les syndicats autonomes qui se sont gardés jusque-là d'investir ouvertement le camp politique pour ne pas prêter le flanc à l'accusation par le pouvoir d'être instrumentalisés par des forces politico-partisanes mettent fin à cette réserve sous l'effet entraînant de la dynamique du mouvement populaire et de leur certitude désormais ancrée que la seule contestation sociale ne peut produire le changement radical qu'exige le peuple algérien.
Pour renforcer ce mouvement populaire, ils ont décidé de mettre à son service leur capacité de mobilisation le sachant ciblé par des manœuvres visant à mettre à mal son unité et à le faire apparaître comme l'instrument d'une minorité roulant pour des « agendas étrangers » ou en poursuite de desseins que réprouverait la majorité des Algériens. En tout état de cause et en raison de la tournure qu'a prise la crise dans le pays, les syndicats se doivent d'être partie prenante dans la confrontation qu'elle suscite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.