Trois terroristes abattus mardi à Jijel    Combat «Don quichotien» ?    Procès de Karim Tabbou : verdict le 07 décembre    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    Quand s'endetter rapporte    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    NI OFFRE NI DEMANDE    oeuvres sociales de l'Education: Une prime pour le personnel infecté par la Covid-19    Khenchela: L'ancien et l'actuel directeurs de la CCLS écroués pour corruption    Henri Teissier, l'ancien archevêque d'Alger, est décédé    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    953 nouveaux cas en Algérie    Belmadi dénonce    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Rien ne va plus pour le Real Madrid qui chute en Ukraine    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    La vente des billets à partir de demain    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sixième candidat
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 11 - 2019

Les cinq proclamés officiellement tant par l'instance que par le Conseil constitutionnel ne vont pas disputer seuls ou entre eux le match qui va se dérouler dans un mois. Il y a, derrière, à l'avant, en leur sein, un autre plus global, plus confus. A lui seul demeurent dévolus et soumis l'avenir, son soleil et ses nuages.
Tous sont connus. Fichés et affichés. Les uns, en leur majorité, ont un âge qui chevauche les deux siècles. L'autre, le sien est une complétude, un perpétuel infini. Il a vu l'éternité naitre et était témoin du partage des continents.
En termes d'âge, les cinq s'associent pour avoir un capital chronologique ne dépassant pas les trois siècles et demi, tout an confondu, alors que lui se joue des enfances, des adolescences tout en apposant à ses actes de naissances l'éphéméride et toutes ses annales. Il est le temps, il est autre chose.
Ces candidats s'avancent dans des programmes dont le plus long ne peut se résoudre que dans un quinquennat, deux au plus, l'autre prend le sien, question durée dans les balbutiements de l'histoire et les racines du temps. Touts ces candidats, avenir national oblige, font le menu quotidien des palais, des chaumières, des rumeurs, des rubriques, des arrêts de bus et des secrets d'Etat. Chacun des cinq a ses porte-voix, ses amplificateurs, il a autant de critiques et de contradicteurs. L'on dit de l'un ou de deux être le poulain du système, des autres leurs sosies. Des fétiches de satisfaction d'un pouvoir en fin de jubilation. Qu'ils sont là pour entériner une parenthèse de l'histoire algérienne à vite oublier. Cette année-là, 2019, aurait été une déchirure dans le silence subi et une éclaircie dans les ténèbres provoquées. La décennie dite noire, la double décennie incolore mais douloureuse, frauduleuse, ne vont pas quitter de si tôt les mémoires éplorées, ni permettre à ces candidats de pouvoir réparer les affronts, les viols, les vols, l'esbroufe, le mépris et les œuvres maléfiques du clan.
Hormis l'ardeur timide de leurs fervents adeptes d'entre familles et proximité, il n'y a pas d'autres amours qui leur sont déclamées. L'opération d'enrôlement peine à entraîner des essaims ou re-convaincre des militants. Seuls quelques ternes biographies peu communes et sans s'empresser regagnent docilement certains quartiers généraux du groupe des cinq. Malgré l'annonce de quelques saveurs pour sauver la demeure, ces éléments d'un famélique menu électoral à la limite forcé par l'absence d'ingrédients forts, n'éveillent pas l'engouement vers le service à manger où nul appétit n'est ressenti.
Rien n'est dit dans leurs premiers verbes sur les aptitudes du hirak, ni sur la gabegie législative du gouvernement, sur la complaisance parlementaire, sur la justice des juges. Juste de la promesse de revoir le tout et de la critique à moitié mot du régime qu'ils croient abattre ou faire disparaître. Oubliant au passage ce sixième candidat.
Ce candidat-là n'a déposé aucun dossier. Il est sain d'âme et d'esprit, possède tous les diplômes imaginables, a participé à toutes les révolutions, les guerres, les révoltes, les soulèvements, les séditions, a combattu les envahisseurs et tous les conquérants. Il n'a pas rassemblé autant de souscriptions. Son CV n'est pas transcrit sur une feuille volante que l'on fait enjoliver par des légendes tirées par les cheveux.
Il est la légende.
Eux vont certainement débuter leur pèlerinage de campagne par des coups de charme et des yeux bleus. User d'un langage usuel, de paraboles obsolètes et de syntaxe plus vieille que le mode numérique. Si cela serait facilité toutefois par les caprices de la météo populaire qui reste imprévisible en pareils rendez-vous saisonniers. Tout se produirait dans des enclos comme un show privé. La politique des salles fermées, des rencontres ceinturées. Lui n'ira nulle part, il est partout, en plein air, car partageant toutes les portions du pays. Nonobstant sa candidature non déclarée, il est cependant en possession de sa carte d'électeur, de sa biométrie. Plus que ça, il est le fichier électoral, le registre de tout l'état civil. Il survivra au 12 décembre et debout le dépassera. Il est le peuple. Le candidat vainqueur des temps et de toute élection.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.