Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assassinat du général Soleimani: Téhéran assure que Washington a demandé des représailles «proportionnées»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 01 - 2020

L'Iran a assuré samedi que les Etats-Unis l'avaient appelé à "se venger proportionnellement", après l'assassinat dans un raid américain du puissant général iranien Qassem Soleimani, l'architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient.
La Suisse, qui représente les intérêts des Etats-Unis en Iran en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays, a affirmé vendredi que son représentant avait "transmis un message que les Etats-Unis l'ont chargé de remettre" à l'Iran, sans préciser sa teneur. Vendredi près de l'aéroport de Bagdad, une attaque de drone américaine a tué Soleimani, le chef de la Force Qods des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures d'Iran, et Abou Mehdi al-Mouhandis, l'homme de l'Iran en Irak. Cité par le site de la télévision d'Etat iranienne, le contre-amiral Ali Fadavi, commandant en chef adjoint des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran, a affirmé que Washington avait dit "+si vous voulez vous venger, vengez-vous proportionnellement à ce que nous avons fait+". Les Américains ne sont pas en position de "décider" de la réponse de l'Iran et "doivent s'attendre à une dure vengeance. Cette vengeance ne se limite pas à l'Iran", a-t-il dit, assurant que les alliés de l'Iran au Moyen-Orient sont "prêts à concrétiser cette vengeance". Le contre-amiral n'a pas précisé comment les Etats-Unis avaient communiqué ce message à l'Iran. Mais outre la Suisse, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif a déclaré que "l'émissaire suisse avait transmis un message ridicule des Américains" vendredi. L'émissaire suisse "a reçu une réponse ferme écrite (de l'Iran) à cette téméraire lettre des Américains", a indiqué M. Zarif. Téhéran a promis "une dure vengeance au bon endroit et au bon moment" pour venger la mort de Soleimani.
Nouveau raid contre des pro-Iran
Des milliers d'Irakiens ont conspué samedi les Etats-Unis lors du cortège funéraire du général Soleimani tué dans un raid américain en Irak, où une nouvelle attaque a visé un convoi des paramilitaires irakiens pro-iraniens. Le nouveau raid a visé avant l'aube au nord de Bagdad un convoi du Hachd al-Chaabi, la coalition des paramilitaires intégrés à l'Etat irakien, selon une source policière. Il y a eu "des morts et des blessés", a assuré le Hachd en accusant les Etats-Unis qui n'ont pas jusqu'ici réagi. Téhéran avait promis "une dure vengeance au bon endroit et au bon moment" pour venger la mort de son général. Ces appels à la "vengeance" ont été repris par des milliers d'Irakiens et d'Iraniens en colère à Bagdad et à Téhéran. "Mort à l'Amérique", a scandé samedi une dense foule dans le quartier chiite de Kazimiya à Bagdad, massée autour des cercueils du général et de son lieutenant irakien, leurs funérailles officielles et populaires devant être l'occasion d'une nouvelle démonstration de force de Téhéran et de ses alliés locaux en Irak.
Une guerre dévastatrice redoutée
Les corps des 10 morts devront ensuite être transportés de Kazimiya à l'ultrasécurisée Zone verte de Bagdad, où siège, outre les plus hautes institutions de l'Etat, l'ambassade américaine attaquée mardi par des milliers de partisans du Hachd. Là, les officiels irakiens assisteront aux obsèques nationales. Les corps seront ensuite acheminés à Kerbala et Najaf, deux villes saintes chiites plus au sud, pour des dernières prières avant l'enterrement de Mouhandis et le transfert du corps de Soleimani en Iran. Beaucoup craignent que ces funérailles ne dérapent.
Mardi, c'est lors du cortège funéraire de 25 combattants d'une faction du Hachd tués dans des frappes américaines en Irak que la foule avait pris d'assaut l'ambassade américaine, forçant sa première enceinte à coups de barres de fer et de béliers de fortune. Après l'escalade inédite américaine, l'Irak a dit redouter "une guerre dévastatrice" sur son sol qui pourrait selon les experts servir de champ de bataille interposé à ses deux alliés, l'Iran et les Etats-Unis, des ennemis jurés. Les Etats-Unis ont commis leur "plus grave erreur" en tuant Soleimani, a averti le Conseil suprême de la sécurité nationale, plus haute instance sécuritaire d'Iran. "Ces criminels subiront une dure vengeance au bon endroit et au bon moment." Le guide suprême iranien Ali Khamenei et le président Hassan Rohani, qui ont rapidement nommé le successeur de Soleimani, Esmaïl Qaani, ont eux aussi appelé à des représailles. En Irak voisin, secoué depuis des années par des violences à chaque soubresaut des tensions entre l'Iran et les Etats-Unis aujourd'hui à leur paroxysme, les pro-Iran ont désormais la haute main.
Consensus anti-américain
La mort de Soleimani a créé un consensus rare contre les Etats-Unis dans un Irak déchiré depuis plus de trois mois par une révolte populaire dénonçant le pouvoir et la mainmise de l'Iran. Parce que Washington a "violé la souveraineté de l'Irak", selon les mots des plus hauts dirigeants de l'Etat, les commandants du Hachd ont appelé leurs combattants à se "tenir prêts". Le turbulent leader chiite irakien Moqtada Sadr a même réactivé l'Armée du Mehdi, sa milice dissoute après avoir harcelé l'occupant américain en Irak (2003-2011). Et Hadi al-Ameri, le patron des pro-Iran au Parlement, a exhorté à "serrer les rangs pour bouter les troupes étrangères" hors d'Irak.
Les députés doivent se réunir dimanche et pourraient dénoncer l'accord irako-américain qui encadre la présence de 5.200 soldats américains sur le sol irakien. Et ce, au moment même où Washington annonce déployer 3.000 à 3.500 soldats supplémentaires au Koweït, voisin de l'Irak, selon un haut responsable du Pentagone, en plus de 750 déjà envoyés cette semaine. L'allié libanais de Téhéran, le Hezbollah, a promis "un juste châtiment" aux "assassins". Et au Yémen, les rebelles Houthis, soutenus par Téhéran, ont appelé à des "représailles rapides".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.