Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Covid-19: l'affaire de l'organisation d'une soirée à Oran devant le juge d'instruction    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Covid19: 140 nouveaux cas, 148 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Théâtre d'Oran: "Qitar Eddounia", nouvelle production pour enfants    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    l'Algérie poursuivra l'utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Une fillette tombe du 3ème étage d'un immeuble    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les habitants de la cité Makhat protestent    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





QUAND LA VIE ET LA MORT SE PRENNENT LE BRAS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 03 - 2020

Tous les commerces ou presque ont fermé. Seuls le boulanger, l'épicier ou le gérant de la superette doivent bénir le sort pour les avoir épargnés d'un congé forcé. Leur propre pain, semoule et pomme de terre leur sont encore garantis.
La situation d'un présent démoniaque jette un dévolu infernal sur le parcours freiné d'une population laborieuse qui n'avait pas attendu l'intrusion mortelle de la pandémie pour tenter d'étouffer son esprit déjà affecté par des perspectives de vie compromise. De guerriers discrets et dans l'ombre, ils s'accrochaient bon an, mal an à une hypothétique amitié et complicité avec l'existence et ils se retrouvent aujourd'hui dans une lutte perdue d'avance sur deux fronts. Il ne s'agit plus aujourd'hui de faire face à la férocité d'un maléfique virus, mais il est réclamé aussi de croiser le fer avec la vie qui en changeant de veste est devenue complice d'un mortel vent galactique.
Il faut aller dans le détail des grandes et petites charges financières que supportait la masse pour comprendre que le désarroi n'a pas de limites. Pour ceux qui se sont endettés et ont accumulé des crédits pour s'accrocher à la vie, le désappointement de par son énormité dégage des pestilences. Frais en tout genre à honorer qui vont de la gamelle à ne pas vider jusqu'aux factures à respecter, vont effilocher tous leurs sens et ne seront pas loin d'indiquer que la lutte pour la survie n'était en fait que l'accélération d'une vie évanescente. Plus haut, plus loin sur les balcons enviés de la déboussolée hiérarchie sociale, les crédits accordés en milliers de milliards ont fini par avoir un goût âcre.
Alors qui et quoi affronter ? La mort qui frappe aux portes ou la vie qui les a fermées allant jusqu'à l'empêchement de renter au peu d'oxygène salvateur dont une large proportion de la population disposait ?
Il ne s'agit pas bien évidemment de faire la fine bouche et développer un apitoiement de surface alors que plus de la moitié de l'humanité est confinée, mais la grande dimension du drame est là quand la vie et la mort se prennent le bras.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.