Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A L'OMBRE DES MURS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 03 - 2020

Dans le drame qui nous étrangle sans nous avoir prévenus et sans crier gare, la définition des mots devient fâchée avec les sens jusqu'à ne plus savoir lequel donner à sa majesté le pain et à l'enfer non planifié des comportements. Il y a comme une odeur de deuil qui plane sur des termes, presque inconnus ou trop lointains, hier, et les expressions confinement et quarantaine défilent sans cesse pour nous renvoyer la politesse. Vengeance de mots et de locutions qui nous introduisent par la force de la terreur dans des cages d'oiseaux.
Quel sens devrait-on alors donner à l'obligation de confinement à une famille vivant à cinq ou six personnes dans un logement de deux pièces sans craindre le ressac d'une politique d'habitat avec les effluves d'un environnement débridé ? Nous imaginons le ricanement des jeunes et des moins jeunes forcés par l'exode à s'abriter dans les masures des quartiers qui n'ont de populaire que l'énoncé. Le confinement devient infini, lui qui n'avait d'abri que les cafés ou l'ombre des murs sur lesquels les cris du cœur sont gravés.
Le chômage, la débrouille et même les larcins n'ont plus de nature, sinon que leurs racines se décortiquent de jour et de nuit pour effacer la moindre explication sur l'existence et que l'on comprenne finalement ce qu'est la survie.
C'est vrai que ce salopard de virus, bien qu'invisible et ingénieusement en périple entre les aortes et les veines, fait revenir et incruste dans les esprits les sataniques reflets des cieux passés d'Hiroshima et de Nagasaki. La pestilence des effets s'amplifie et le monde entier se surprend à ne pas savoir de quoi demain sera fait. Même les bouées pour un sauvetage en mer sont suspectées et boudées par les désespérés.
Pour tourner le dos au pessimisme, l'optimisme pourrait crier haro pour dissiper la désespérance figée. Mais cet optimisme n'a raison d'être que si la lutte contre la fatalité est engagée et que si pour une fois le monde entier s'interroge avec humanisme sur le pourquoi de son insistance à toujours conjuguer les confinements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.