BAD: l'Algérien Rabah Arezki nommé au poste de chef économiste et de Vice-président    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    Aïd el-Adha: le ministère des Affaires religieuses appelle au strict respect des consignes de prévention    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Les clubs professionnels asphyxiés par les dettes    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Coronavirus à Tizi Ouzou : Plusieurs soignants contaminés    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    A quelques jours de l'Aïd: Le marché du mouton dans tous ses états    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Air Algérie a subi une perte de 2,9 milliards $    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    Quelles conséquences sur le système de compétition ?    Zidane : "Que demander de plus ?"    SAUVONS NOS FORÊTS    Ouverture prochaine d'un troisième hôpital à Chlef    La situation épidémiologique stable à Aïn Témouchent    Le cas Prince Ibara réglé    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    La communauté internationale au chevet du Mali    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Les pistes de relance    Comment communiquer au mieux ?    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ghacha suivi par Malines    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Foot der des verts    Tebboune reçoit un appel de Poutine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mort au temps du corona
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 06 - 2020

Ce texte ne tient pas du réalisme magique quoique son titre n'est pas sans rappeler une œuvre phare dudit mouvement. Ce texte tient plutôt du genre gothique. En effet, la mort y rôde à chaque recoin et y tient le haut du pavé. La mort est devenue une chronique quotidienne et officielle, la chronique des morts annoncée et attendue. Malgré les chiffres macabres, on ne compte plus ses morts.
Ne pouvant plus envisager l'après-Covid-19, les gens se sont résolus à se remémorer l'avant, du temps où il faisait bon mourir en paix, du temps où l'on pouvait mourir de sa belle mort. Ils se délectent du souvenir de cet événement douloureux certes, mais qui ne les empêche quand même pas de continuer à vivre. Alors, la mort était solennelle, imposante, hideuse aussi, mais elle prenait tout son temps et laissait le temps nécessaire pour que la famille, les amis et les curieux veillent sur le mort, sirotent un thé ou un café, profitent de la circonstance pour revoir des amis, discuter et raconter des blagues. Les femmes s'y adonnaient à leur meilleure catharsis en purgeant toutes leurs larmes, en s'apitoyant au maximum sur la veuve ou les orphelins que toutes rêvent de serrer dans les bras. Alors, on pouvait et devait jeter un dernier regard sur le défunt, louer ses qualités et c'était à qui l'associerait mieux à une anecdote agréable. La mort était alors une festivité, un rite païen, voire une continuité de la vie.
La mort au temps du corona est tout autre ; c'est la faucheuse qui n'a pas d'égards pour les nantis. Toute la panoplie de protocoles y afférente a disparu ; ni obsèques, ni hommage, ni cérémonial, ni fanfares, juste une mort anodine. La mort du temps du corona n'est pas une mort ; c'est une déchéance, une véritable défaite en somme. Elle est la même pour tous, elle met tout le monde, riche ou pauvre, célèbre ou inconnu, sur le même pied d'égalité. La mort au temps du corona n'est pas une sinécure, d'aucuns ne souhaiteraient mourir sous le règne du corona.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.