Mouvement dans le corps des Douanes    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Ligues 1 et 2: 23 clubs endettés et 14 interdits de recrutement    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Relizane: Décès du SG de la wilaya atteint du Coronavirus    L'ECOLE ET LA BRECHE    Air Algérie a subi une perte de 2,9 milliards $    Le gouvernement maintient le cap, les syndicats sceptiques    La situation s'aggrave !    La colère de Djerad    Le cas Prince Ibara réglé    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    La communauté internationale au chevet du Mali    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    Quelles conséquences sur le système de compétition ?    Zidane : "Que demander de plus ?"    SAUVONS NOS FORÊTS    Ouverture prochaine d'un troisième hôpital à Chlef    La situation épidémiologique stable à Aïn Témouchent    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    Culture: une réunion pour examiner les voies d'accompagnement des artistes en période de confinement    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Les pistes de relance    Ghacha suivi par Malines    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Air Algérie frôle le crash    "Je n'ai pas peur de la mort"    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Foot der des verts    Tebboune reçoit un appel de Poutine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2020

La campagne moisson-battage a été lancée en ce début du mois de juin à travers plusieurs communes céréalières de la wilaya où il est attendu près de 1,6 million de quintaux de céréales, selon les services de l'agriculture (DSA). La superficie totale concernée par cette campagne est de 176.200 hectares toutes espèces confondues, avec une dominance de l'espèce d'orge avec 88.200 hectares, selon les mêmes sources. Le mode de battage du blé varie d'une région à une autre selon l'étendue des superficies céréalières. Pour les plus grandes et moyennes exploitations, les services de la DSA ont mobilisé quelque 336 moissonneuses-batteuses automotrices qui récoltent les plantes à graines céréalières en une seule opération, 5 316 tracteurs et 1 039 camions de transport. Certaines machines modernes, qui ont révolutionné la récolte des céréales, sont équipées de divers perfectionnements (cabines climatisées, systèmes de contrôle, de guidage, de coupe, de correction et de dévers). Ces machines sont capables à la fois de faucher la récolte, de battre le grain et de lier la paille.
Dans certaines régions montagneuses de la wilaya où la moisson est tardive, les céréales sont moissonnées à la faucille à cause du relief accidenté des parcelles où l'on prélève seulement les épis pour le grain et on repasse ensuite couper la paille à la faux ou on l'arrache. Lorsque la moisson est faite à la faux près du sol, les gerbes sont transportées sur l'aire pour séparer le grain de la tige et de son enveloppe. On récupère ensuite la paille, tiges et épis vides, après battage. Les petits fellahs de ces petites parcelles sèment, arrosent, moissonnent et battent à la seule force de leurs bras. A Hennaya, une localité très réputée pour ses terres fertiles et ses orangeraies, la première coupe du foin se déroule en ce moment même dans la grande plaine de M'kacem qui s'étend sur plus de 900 hectares irrigués. Les cultivateurs envahissent dès l'aube avec leurs tracteurs et faucheuses les champs pour effectuer la coupe du foin dans des conditions optimales jusqu'au coucher du soleil. Ils s'activent pour couper, sécher et mettre en balle avant que le temps ne passe à l'orage.
«C'est une belle moisson cette année avec un bon rendement et du foin de qualité et riche en légumineuses qui donne d'excellents résultats sur les ovins et les caprins en augmentant la production de lait. La culture du foin, c'est toute une technique. La météo et le beau temps sont vraiment propices en ce début du mois de juin. De préférence la coupe se fait de bon matin pour faucher l'herbe et l'exposer au soleil. Il y a une bonne ambiance pour tous les cultivateurs, car les bottes de foin ont cette année une bonne qualité nutritive pour nourrir les animaux ! », disent les agriculteurs de cette «Mitidja» de Hennaya. Il faut dire que les dernières averses du mois de mai ont alterné avec le soleil. Les herbes sont très abondantes et les paysans ont du mal à se débarrasser totalement les mauvaises herbes qui ont envahi les champs notamment les parcelles cultivées de pois chiche (une culture très vulnérable). «Les dernières pluies du printemps ont sauvé nos champs de pois chiche. Heureusement que nous avons bien préparé le lit de semences de façon à ce que les sols soient ameublis le plus possible. Cette préparation a été faite au moyen d'un labour profond, aux mois d'octobre et novembre, suivi d'un recroisage juste avant le semis aux environs de la mi-décembre. Aujourd'hui, nous attendons juste le jaunissement général de la plante, ce qui correspond dans le calendrier à une date se situant entre les récoltes de l'orge et du blé dur».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.