Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Retards vaccinaux: Des spécialistes s'inquiètent
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 06 - 2020

Des pédiatres et des spécialistes de la santé publique rappellent l'importance de respecter le calendrier vaccinal chez les nourrissons et appellent les parents à poursuivre la vaccination même en période de confinement dû à l'épidémie du Covid-19.
A cause de cette crise sanitaire liée au coronavirus, certains parents hésitent toujours à faire vacciner leurs jeunes enfants, par crainte de contamination dans les salles d'attente et dans les structures de santé en général. Intervenant à travers les réseaux sociaux, les pédiatres ont appelé les parents à poursuivre le programme de vaccination. Dans une vidéo diffusée via Facebook, le Dr Habbi Faïza, médecin pédiatre, a tenu à rassurer et expliquer la nécessité et l'importance de poursuivre la vaccination afin d'éviter la recrudescence de maladies bien contrôlées jusqu'ici. Effectivement, le problème de la vaccination est posé dans ces conditions spéciales imposées par la crise sanitaire due au Covid-19 et par les mesures de confinement, ce qui a entraîné, selon le médecin pédiatre, des retards vaccinaux.
Le problème ne se limite pas aux conséquences de la pandémie, mais aussi à une tension due à l'indisponibilité de certains vaccins, dans certaines structures de santé, selon le SNPSP.
Le Dr Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), a affirmé, pour sa part, qu'effectivement, « la peur d'être contaminé a réduit de manière significative, dès le début de l'épidémie chez nous, l'afflux des malades au niveau des structures de santé », d'une manière générale.
C'est le cas des établissements de santé de proximité qui assurent l'essentiel des programmes de santé comme le PEV (programme élargi de vaccination) qui a été sérieusement perturbé du fait de plusieurs facteurs, selon le Dr Merabet, qui cite les recommandations sanitaires de distanciation imposées par la situation épidémique qui ont contraint les unités de vaccination à réduire le nombre de RDV pour pouvoir aérer la plage horaire dédiée à l'activité de vaccination. Et le programme de travail des personnels soignants qui a été modifié en conséquence du fait de l'arrêt des moyens de transport et du manque en moyens de protection (surtout au début de l'épidémie).
Il a également évoqué le manque de coordination constaté dans la gestion de la crise et ses répercussions sur les autres activités telle la vaccination. Et de rappeler que le ministère de la Santé a réagi après plusieurs écrits émanant des partenaires sociaux et de certains conseils médicaux rattachés à des établissements de santé pour donner des recommandations nécessaires à la bonne marche de cette activité (note n°14 du 06 avril 2020).
Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a rappelé, à travers cette directive, que le calendrier national de vaccination des enfants ne doit pas être perturbé en raison de la mobilisation générale pour la lutte contre le nouveau coronavirus. Mais le Dr Merabet affirme que le problème de ces retards ne se limite pas uniquement aux facteurs cités, mais aussi au problème du manque de certains vaccins indispensables au bon déroulement du PEV comme le TETRAHIB, l'HBV pédiatrique, le DT pédiatrique et le vaccin injectable contre la polio. En précisant que « la tension persiste sur ces vaccins à ce jour ». Et d'alerter qu'« étant un pays tributaire de l'importation pour ces produits et considérant la situation sanitaire mondiale qui a sérieusement perturbé les échanges et le déplacement, on risque de subir encore plus de pression sur la demande en vaccins pour satisfaire la forte demande prévisible dès le retour normal aux activités de soins ». Pour Lyes Merabet, « il faudra certainement penser à organiser des campagnes vaccinales de rattrapage ciblées ultérieurement ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.