Covid-19: Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent l'état de disponibilité du vaccin    Avalanche de réactions d'indignation    Mandat d'arrêt contre le général Belksir    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    Covid-19, le lourd tribut des soignants    Saidal, un géant en devenir    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Approbation des propositions des ligues régionales    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Les écuries d'Augias    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Bouira: Une voiture dérape sur l'autoroute : mort d'un bébé et ses parents blessés    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Polémique autour d'une agence naissante    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les gens de mon douar
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 07 - 2020


Mon douar est un petit patelin perdu dans les méandres de l'isolement et de l'oubli injuste. Ma bourgade poussiéreuse est méprisée parce qu'elle n'a pas de véritables tuteurs qui la défendent. Elle étouffe depuis des lustres du déficit de projets concrets et des inégalités sociales. L'injuste déséquilibre imposé par le système l'a écartée des grands projets de modernité urbaine. Pour faire taire les voix, on a construit hâtivement des cages-dortoirs tout autour de mon douar qui ont détruit tout le beau paysage d'antan et puis, ils les ont distribuées avec le tintamarre populaire habituel. Ces extensions immobilières ont saturé la fluidité de la circulation est causé beaucoup d'autres contraintes au bien-être des citoyens. Cela fait des décennies que les portes du progrès ont été fermées sur mon douar, qui demeure comme un rescapé figé d'un autre temps. Mon douar n'a pas l'allure d'une cité moderne comme celles qui ont changé le monde. Ses routes et ses murs sont délabrés et repoussants. Le creusement de la chaussée n'a pas cessé depuis le jour du cessez-le-feu avant l'indépendance du pays. Dans mon douar, on suffoque sous le poids de la médiocrité des gestionnaires municipaux qui ont peu d'estime pour l'aisance du citoyen. Les morts-vivants qui habitent dans mon douar, et qui n'ont pas la langue très remuante, sont insensibles à la quiétude et à la qualité de vie qui leur sont imposées. Ils sont sournois et pas très audacieux dans leurs actions de changement de mentalités toujours stériles. Les gens de mon douar, sont un peu morts moralement et physiquement depuis très longtemps. Seul le corps inerte, rode du matin jusqu'au soir dans les espaces vides abandonnés au vent chargé de poussière. Les cafés sont remplis de flâneurs, du matin au soir à la recherche de la vivacité qui a quitté ces lieux, pour de meilleurs endroits. Les gens de mon douar ressemblent à des zombies d'un autre temps. Ils marchent sans raison précise dans les coins et les recoins du douar, d'où la vie heureuse s'est échappée. Ils sont absents et perdus dans leur propre douar, qui ressemble à une zone en quarantaine permanente. Les gens de mon douar, ne causent pas dans un langage sensé et poli, quand ils conversent. Ils ne sourient pas entre eux lorsqu'ils parlent de choses amusantes. Ils fument beaucoup pour noyer leur tristesse morbide. Ils chiquent et crachent impoliment en face de leurs semblables qui se désintéressent de toute civilité. Ils ne lisent pas beaucoup de livres, ni de journaux, et ils ne vont pas dans des salles de spectacles pour se défouler. Les « douaristes » sont fatigués de cette vie qui ne veut pas changer du bon côté. Dans mon douar, il y aussi beaucoup de voyous qui font la loi, ils se comportent étrangement quand ils se battent entre eux, en gesticulant et en vociférant des insultes en public. Les gens honnêtes de mon douar ont appris les leçons du passé, ils se taisent parce qu'ils ont peur des représailles. Ils font le dos rond et s'occupent de leurs affaires. Ici dans le douar, on ne cause pas beaucoup de choses taboues qui peuvent engendrer des ennuis. Ils savent tenir leur langue quand il le faut. Ils n'aiment pas montrer leur franchise, de crainte de rendre des comptes devant ceux à qui cela ne plaît pas. Ceux qui n'ont pas accordé leurs violons, et ceux qui les ont déjà accordés, ne se reniflent pas à cause des fausses notes répétées dans ce grand orchestre qui tambourine pour les sourds et qui danse pour les malvoyants. La vie burlesque dans mon douar a toujours été faite ainsi, dans ce grand contenant de gens incompris par les « souloutate » d'un autre temps. Ce douar est le mien, et c'est ma terre natale, j'y habite, depuis ma naissance et je ressens les mêmes sentiments d'injustice que les acteurs de ce texte...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.