Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 07 - 2020

Au début des années 1900 (début du XXe siècle), au temps de la France coloniale, presque toutes les villes d'Algérie disposaient de leurs propres journaux qui sortaient au moins une fois par semaine, même pour les plus petites d'entre elles de niveau arrondissement (daïra d'aujourd'hui). Par exemple, une ville comme Relizane (un village de la taille de nos villages actuels) avait plusieurs titres : Le Réveil de Relizane, Le Progrès de Relizane, L'Echo de la Mina, Le Petit Relizanais, L'Avenir de Relizane, La Riposte et peut-être d'autres si on fouille bien dans les archives.
En feuilletant, ces jours-ci en cette période de semi-confinement, quelques-uns de ces numéros, je me suis aperçu que les candidats aux élections municipales, régionales ou nationales de la ville de Relizane durant cette période coloniale s'affrontaient avec des programmes à l'appui qui apparaissaient dans ces journaux pour… les Européens qui savaient lire, écrire, réfléchir et savoir voter. On n'omettait pas d'intégrer quelques façades autochtones acquises à leur cause, pour la plupart formatées pour garnir leur factice démocratie à sens unique.
Quant à la quasi-totalité des Algériens de souche, ils étaient considérés comme des serfs, des indigènes taillables et corvéables à volonté. La politique, les affaires des villes, de la campagne, de l'Algérie ne les concernaient point. Leur nombre en soi est incompatible avec la démocratie qu'ils ont établie. La « lutte » démocratique n'était destinée qu'entre les colonisateurs et le bâton était l'emblème pour dresser l'indigène qui osait remettre en cause l'ordre établi. Il ne devait son existence que pour acquiescer et glorifier la colonisation positive. D'ailleurs, il n'avait pas d'avis à émettre. Le silence absolu et la bouche cousue lui étaient prescrits à jamais.
Faire accéder les autochtones à l'éducation était un danger pour la France coloniale. C'était en faire d'eux des dangers permanents et engager l'Algérie colonisée dans des périls une fois qu'ils goûteraient à ses bienfaits, surtout au vu de leur nombre et les éveilleraient à revendiquer des droits et pourquoi pas leur indépendance tant qu'on y est ? Les intégrer dans leur démocratie, c'est remettre en cause l'ordre colonial car l'issue du scrutin leur serait fatale. C'est la raison pour laquelle ils avaient inventé, par la suite, le second collège où la valeur de la voix d'un Européen valait dix voix celle d'un autochtone !
Le peu d'Algériens qui avaient réussi à passer les trames du filet du savoir, avec simplement des niveaux de certificats d'études primaires, sont arrivés à réveiller et à sensibiliser leurs frères (pour la majorité d'entre eux des illettrés) à prendre conscience de leur destin. Pour vous dire que tout doit passer par l'école et l'éducation. Ceci restera valable encore plus de nos jours et jusqu'à l'éternité.
Lorsque l'Algérie a acquis son indépendance, les Français continuent encore, à distance, à penser que la démocratie dans des pays comme le nôtre représente toujours un danger pour leur avenir et qu'on doit rester éternellement sa zone d'influence, sa chasse gardée. Si les Algériens et en général les Africains et les pays arabes accèderaient à la liberté de penser, de réfléchir et de décider et que l'analphabétisme serait banni à jamais, les intérêts des anciens colonisateurs ne seraient que menacés. Ils sont sortis de ces pays mais leur âme est toujours quasi présente. On nous a toujours inculqués que sans leur assistance fortement monnayée, jamais on ne pourrait s'en sortir de l'engrenage dans lequel ils nous ont cadenassés.
Pour vous affirmer que les indépendances de ces pays n'ont pas été totales. Elles ont toujours été assujetties de conditions inavouées et ligotées d'accords (secrets ou non) qui ne leur laisseraient point la liberté désirée pour s'épanouir et se développer. Les chaînes qu'elles ont mises à nos pieds sont encore présentes et qui ne nous laissent aucun moyen de se défaire de la pensée unique qu'ils nous ont léguée. Si aujourd'hui on nous parle sans cesse de la main de l'étranger, je pense que c'est de celle-là dont il s'agit.
Ce n'est qu'au moyen de luttes permanentes dans tous les domaines et les secteurs névralgiques que ces pays pourraient alors sortir définitivement de ce schéma colonial laissé comme un poison à effet postérieur. La réelle indépendante du nombril colonial serait encore plus longue à se dessiner. Elle serait plus âpre à mener mais dont les fruits de ses batailles seront savoureux à déguster et qui déclencheraient le véritable point de départ de notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.