Le Real privé de Kroos pour les deux prochaines rencontres    Le Président de la République préside une séance de travail dédiée au secteur des Sports    Exposition d'arts plastiques à Khenchela: des œuvres de peintres de 23 pays    Atlético : La piste Edinson Cavani n'a pas été abandonnée    Man Utd n'a pas jeté l'éponge pour Jadon Sancho    Benbouzid: le ministère disposé à consolider les relations avec les associations des cancéreux    Exploitation de l'or: respecter le cahier des charges pour préserver cette richesse minière    FLN : Baadji soutient le projet de révision de la Constitution    Laïb destitué de la présidence de l'USM El Harrach : Un directoire prend les commandes    CR Belouizdad : Saâd s'engage pour 4 ans    CAN-U20 : Les Verts entament un stage à Alger    Boukadoum reçu par le chef du Gouvernement tunisien    Le gouvernement sahraoui condamne "les allégations mensongères" du PM marocain    Des peines de prison pour usurpation de fonction au ministère de la Justice    INVESTIGATIONS LIEES A LA CYBERCRIMINALITE : Des juges algériens prennent part à un atelier international    Organisation d'examens pour les étudiants résidant dans le Sud    STATIONS SERVICES : Vers la suppression de l'essence super avec plomb    L'UNOA boycotte l'activité judiciaire au niveau national    Lutte contre la rage: atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie    Amaaaar ! Parloir ! C'est pour la passation de consignes !    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Mandi buteur face au Real    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Les partenaires sociaux pas très convaincus    Visite du président du gouvernement espagnol    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Djelfa: Trois morts dans une collision    La protection civile fait son bilan    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les contaminations continuent de baisser    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 08 - 2020

Au cours du dernier Conseil ministériel, le président Tebboune a été bien avisé de mettre le doigt sur l'aspect palliatif et outrageusement débonnaire de l'ANSEJ car tout indiquait que la prise en charge à la légère au cours de ces dernières années de ce lourd dossier ne pouvait aboutir qu'à des résultats négatifs. De l'air du temps avec la cascade des énormes turbulences qui ont secoué le pays jusqu'à risquer de le faire disparaître et d'un système politique régi par la rapine et le brigandage ne pouvait fatalement résulter que le jet par les fenêtres de sommes colossales.
Les fonds perdus dans le cadre de la résomption du chômage des jeunes ne figurent pas seuls dans le chapitre de la dilapidation des milliers de milliards mais y figurent aussi de déroutantes entorses dans la gestion financière du pays.
Le corrélat entre les exigences d'une paix sociale et l'agrippement tenace d'une gouvernance politique emportée par l'ivresse du pouvoir avait ouvert un large couloir à une culture générale de gabegie à la limite de la piraterie. Ainsi le rationnel et la conformité économique n'avaient aucune possibilité de s'installer dans le pays jusqu'à laisser penser que les lois et les règles avaient été conçues à bon escient pour une rapine officielle organisée.
Il était devenu de bonne guerre qu'une partie de la jeunesse algérienne s'offre la latitude de s'intégrer dans une formule où la formation, la connaissance et le savoir n'étaient pas des impératifs. Avec l'argent du pétrole et celui du contribuable, en sacralisant l'esprit de la rente, on a eu donc des initiatives commerciales fantomatiques avec la plupart du temps la conviction ancrée que les crédits bancaires accordés souvent à la tête du client et non au poids du savoir-faire n'étaient pas à rendre.
Le chômage des jeunes et des moins jeunes n'est pas une bagatelle à affronter avec des calculs politiciens outrageusement terre à terre. La prise de conscience nouvelle affichée aujourd'hui est de bon augure car on imagine en toute logique ce qu'auraient produit les sommes colossales diluées dans l'ANSEJ si elles avaient été mises à la disposition de la formation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.