Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Polémique autour d'une agence naissante
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 08 - 2020

Des enjeux occultes du marché du médicament ont-ils eu raison d'une entente naturelle entre le Syndicat national algérien des pharmaciens d'officines (SNAPO) et le Conseil national de l'ordre des pharmaciens (CNOP) ? Le projet d'ordonnance portant sur le transfert de l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP) de la tutelle du ministère de la Santé à celle du jeune ministère de l'Industrie pharmaceutique est à l'origine de ce qui ressemble à une bataille de tranchées entre le Snapo et le Cnop. C'est que l'Agence en question, dont on parle depuis au moins cinq ans et qui est arrivée, enfin, à maturation ces derniers jours, avec l'inauguration de son siège au début du mois de juillet, aura la mission capitale de l'enregistrement des médicaments, l'homologation des dispositifs médicamenteux, le contrôle et l'expertise des unités de production de médicaments, la veille permanente sur la conformité des médicaments et de tous les dispositifs médicaux et en signaler les défauts de fabrication ou d'utilisation aux autorités publiques compétentes, ainsi que la lourde charge de veiller sur la lutte contre la contrefaçon et l'octroi des agréments. En somme, l'ANPP sera le gendarme du médicament.
Premier à monter au front, le Snapo a sollicité l'intervention du président de la République pour que cette Agence soit confiée au ministère de la Santé et non au ministère de l'Industrie pharmaceutique, qui devrait la prendre sous sa tutelle si le gouvernement approuve dans les prochains jours le projet d'ordonnance en question. Pourtant, selon le Snapo, rien ne justifie pareille décision qui confierait une Agence du médicament à vocation sanitaire au secteur de l'industrie. Dénonçant un « conflit d'intérêt » certain si l'ANPP passe sous tutelle de l'industrie pharmaceutique, le Snapo use de mots très lourds contre ceux qui tentent le coup d'un « passage de force » dans ce contexte. Le ton alarmant, le Snapo estime encore que le fait d'accrocher l'Agence sanitaire à la tutelle d'un secteur industriel va miner et corrompre notre système de santé, car directement ou indirectement, l'Agence sera en situation de dépendance vis-à-vis des firmes pharmaceutiques. Non sans rappeler la loi sanitaire 18-11, qui place l'Agence sous la tutelle du ministère chargé de la Santé. S'inscrivant en faux contre cette sortie du Snapo, le Cnop condamne, lui, des manœuvres visant à contrecarrer les réformes engagées dans le secteur pharmaceutique. Estimant à ce propos que «le plan d'action novateur et ambitieux du ministère de l'Industrie pharmaceutique, adopté en Conseil des ministres, intégrait logiquement la tutelle de l'Agence nationale des produits pharmaceutiques, noyau central de toute politique pharmaceutique». Le Conseil a conclu en lançant un appel «à se démarquer des tentatives de manipulation et de désinformation orchestrées par des parties soucieuses de préserver leurs intérêts ou leurs positions sans se soucier de l'avenir de la profession et du pays». Rien de moins. Cela augure-t-il d'une surenchère dans les prochains jours autour d'une mise sous tutelle d'une Agence qui n'a pas encore fait ses premiers pas ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.