L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faire le pied de grue devant un distributeur fâché
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 09 - 2020

C'est jour de paye, tous les jours à la poste et ses sous-traitants. Et chaque jour qui se lève dans cette contrée qui évolue avec l'expression populaire « avancez à l'arrière ! », le paysage postal demeure mélancolique. Il reste figé dans son passé routinier. C'est la même « bosta » de jadis, puisqu'elle n'a pas changé dans son image avec le temps qui s'écoule lentement devant ses portes, avec toujours les mêmes files d'usagers qui ne cessent de s'allonger et de se prolonger dans la durée pour les utilisateurs de cette institution étatique. Les malheureux usagers sont obligés de poireauter en se rangeant dans de longues colonnes de personnes et attendre leur tour pour retirer leur argent mouillé par la sueur. Les usagers ne savent plus à quel saint se vouer ni sur quel pied danser. Mais en attendant, tous les jours, ils font le pied de grue devant la poste pour espérer retirer leur argent avec grande angoisse. Les distributeurs (DAB) de billets de banque de la poste ou des banques privées ou publiques sont pris d'assaut par les lève-tôt. Les guichets automatiques sont à sec et ils sont fâchés avec leurs utilisateurs qui les accablent. Les machines sont submergées. Les files se faufilent en spirale tout le long des murs et elles se croisent aux coins des différents distributeurs. Des chaînes qui avancent en parallèles sur plusieurs mètres sur les trottoirs et qui ferment et bloquent le passage aux piétons. Une chaîne humaine constituée de vieux retraités, de jeunes fonctionnaires et de femmes de tous âges sont au garde-à-vous dans ces files qui n'ont pas de fin. On trouve, au milieu de ces files, des gens usés par le travail, des malades qui marchent à l'aide de béquilles ou de cannes, de vieilles femmes au bord de l'évanouissement, des gens qui râlent au milieu de la file d'attente, parce que la chaîne n'avance pas rapidement. Ces chaînes sont multidimensionnelles. Faire la chaine, c'est prendre son mal en patience et attendre calmement son tour au bout d'une file d'attente paresseuse pour être servi. Généralement la chaîne administrative nous accueille dès que l'on franchit le seuil de la porte d'entrée. Juste avant d'arriver au guichet immédiat. Pour cela, avant de faire la queue, il faut faire un petit tour d'horizon avec les yeux discrètement, faire un balayage, pour choisir la file la plus courte et celle qui avance le mieux. Aussi, il y a des gens qui ne sont pas très respectueux de cette organisation et se croient être plus malins que les autres, contournant ce passage obligé. Ces individus n'hésitent pas à utiliser tous les subterfuges pour être servis avant les autres. Voir une chaîne d'usagers, dehors, devant un établissement ou à l'intérieur d'un service public est un constat amer et un signe d'échec dans l'organisation et le fonctionnement de l'administration.
Les portes d'accès principales de la poste sont closes depuis que cette crise de liquidités s'est installée. Seule une petite porte est ouverte pour laisser passer au compte-gouttes les usagers dans une sorte de goulot d'étranglement. Pour encaisser son argent, il faut passer par deux chaînes pour arriver devant le guichet payeur de la poste. Une première file d'attente externe le long du mur de la poste et une deuxième file interne devant les guichets immédiats. Les usagers ont appris la leçon par cœur, ils sont patients devant les guichets et les distributeurs même si les caisses sont vides. Devant cette malchance qui nous poursuit durablement dans le temps, les gens sages se sont toujours contentés de : « Wine ma l'hague kheir yenfaa ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.