L'opposition partagée    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Tinhinane Laceb retrouvée morte    OL : Rudi Garcia calme le jeu pour Benzema    Programmes AADL en difficulté à l'Est : Les VRD traînent et les raccordements en attente à Guelma    Alejandro Gomez n'est plus un joueur de Bergame    Milan AC : Ibrahimovic a présenté ses excuses    L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Rappel et excuses de Mercedes    La justice turque émet 90 mandats d'arrêt    Confrontations entre agriculteurs et policiers    La directrice des médias limogée    Le juge menace de "quitter son corps"    Le RND émet quelques réserves    La coupe de la Ligue remplace la coupe d'Algérie    Première défaite du MCA et du MCO    Belmadi inspecte le stade Mustapha-Tchaker de Blida    Le mystère des actionnaires    Le ministre des Moudjahidine hospitalisé en Espagne    Cafouillage paralysant    24 heures antigonflette : chaque boisson a ses qualités    Les croissants    Racines grasses et tiges sèches, deux fois plus d'entretien !    L'automobile tente une "reprise" sur une pente raide    À TRAVERS    Axxam nnegh diffusée sur la chaîne YouTube du TNA    Hafila Tassir doublement primée    Le projet présenté demain à Agouni Gueghrane    Décès du moudjahid Mohamed Guentari    Lecteur d'Apulée de Madaure    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Le président de la Confédération du patronat citoyen: «La bureaucratie, un vrai danger pour le pays»    Djerad somme les Douanes à faire plus contre la corruption    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    Le consensus impossible?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les angles de l'ingérence
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 11 - 2020

Si vous êtes étranger, occupant un poste de responsabilité gouvernementale, parlementaire ou quelconque acteur politique, mieux vaut ne prononcer aucun mot d'appréciation de la situation en Algérie. Parce que, tout ce que vous direz sera retenu contre vous. Vous n'échapperiez pas à la levée de boucliers d'une partie des Algériens, ou de l'autre, qui criera à l'ingérence dans les affaires intérieures de leur pays, selon le positionnement de votre appréciation ou déclaration.
Le Président français Emmanuel Macron a fait les frais de cette sensibilité des Algériens après ses déclarations lors d'un entretien accordé à l'hebdomadaire ‘Jeune Afrique', où il affiche sa parfaite entente avec le Président Tebboune, saluant son « courage » et promettant de « faire tout son possible pour l'aider » dans la « période de transition » que traverse le pays. C'est quasiment toute l'opposition qui s'est levée en un concert de dénonciations, qualifiant cette sortie du président français d'ingérence dans les affaires intérieures du pays, d'une entrée par effraction dans le débat intérieur du pays, de distribution de certificat de légitimité et autre déni au peuple qui revendique ses droits. Certains jugent même que cette intervention du président français remue les douleurs d'un passé commun dont les plaies ne sont pas encore refermées. C'est ce qu'on retiendra de cet entretien, où des questions pas de moindre importance, pourtant, ont été abordées mais reléguées au second plans, dont la restitution du patrimoine africain, la fin du franc CFA, la lutte contre le terrorisme et les relations entre la France et l'Afrique décrite comme une relation d'amour. Une histoire d'amour, forcément, avec ses chagrins, ses instants de bonheur, ses jalousies, ses lunes de miel et ses divorces. Cela n'est pas sans rappeler le tollé général provoqué par la résolution du Parlement européen, voté au mois de novembre 2019, qui demandait aux autorités algériennes de mettre un terme à la répression du Hirak et d'avancer sur le chemin de la démocratie. La résolution en question, qui avait été introduite à l'initiative de l'eurodéputé français Raphael Glucksmann, avait suscité une cascade de critiques et de dénonciations en Algérie, des partis du pouvoir et des deux Chambres du Parlement, qui ont condamné une « ingérence flagrante dans les affaires internes du pays ». Une autre face du lynchage médiatique de celui qui oserait s'ingérer dans les affaires internes du pays. Est-ce qu'on ne fait pas trop en dépensant vainement plein d'énergie ? Le refus de l'ingérence étrangère serait une réaction, somme toute, logique si elle ne divisait pas tant le pays sur le plan interne. C'est une marque de grande faiblesse du front interne que de se taire devant une ingérence et dénoncer une autre, quand elle arrange ses petites affaires politiques. Et, il faudrait encore s'attendre, dans les prochains jours, à une autre avalanche de critiques à l'issue de l'organisation par le Parlement européen, ce jeudi 26 novembre, d'un débat en plénière portant sur « la détérioration de la situation des droits de l'Homme en Algérie », qui sera sanctionné par un vote en plénière. N'est-il pas temps de régler les violons sur une même note quand il s'agit de réagir aux ingérences étrangères ? Sinon, on ne serait pas plus avancé que des pays qui vivent de terribles épreuves en se blottissant sous les bras « protectrices » d'une ingérence ou d'une autre, selon les penchants des mains tendues. Ne sait-on pas que de la sorte, on ne changerait rien à l'estime réciproque entre les présidents algérien et français, on ne changerait pas sa volonté au président français de se rapprocher de l'Algérie dans ce qui porte intérêt à son pays, et qu'on ne ferait pas changer le vote du Parlement européen sur les libertés fondamentales, les droits de l'Homme en Algérie, sans nous changer nous-mêmes ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.