Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un homme nommé «Virus»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 12 - 2020

«Parce que les mots ne doivent être que le vêtement, sur mesure rigoureuse, de la pensée», disait, je ne sais quel esprit génial, la vraie fausse fable qui suit se prête à une lecture à grilles multiples, selon qu'on la perçoit sous l'angle du pauvre homme ou du riche bipède, croyant en l'immanence de la peu humaine vérité, ou algéro-sceptique jusqu'à se tirer un gros pruneau dans le dos arqué de sa propre existence.
L'histoire, à raconter jusque dans l'oreille des macchabées, a pour décor (sur) naturel un infra-bourg, coincé à mi-distance entre la montagne de Z'dama au nord et les maquis d'El-Gaâda au sud. «Virus» est un tyranneau au tour de cou si gros que certains le prennent pour un squale trop repu, maquillé en derviche trop tourneur pour ne pas sentir le vent... tourner. Son tour de taille aussi large qu'un diable des mers abyssales et son estomac aussi gros qu'un reptile pantagruélique, «Virus» veut cacher toute la poussière, accumulée une vie dissolue durant, sous un tapis plus rapiécé que vermoulu. Ne pouvant choisir l'âge de son temps indécis, la fable dira que «Virus» décida de faire bonne œuvre contre mauvaise conscience. Pour ce faire et en guise d'abat-faim, «Virus» offre d'abord à ses congénères du village dix moutons chacun pour leur faire prendre une revanche carnée contre une vie au ras des pâturages. En contrepartie de sa magnanimité trop primesautière pour relever de la race des rusés, «Virus» exigea de chacun de ses congénères d'aller voir l'imam du village pour l'embrasser chaudement sur le front avant de l'adjurer... de prier pour l'âme tourmentée de «Virus», le repenti.
Ce dernier, en guise d'épitaphe ad vitam aeternam, léguera pour la postérité des maux si abscons que l'histoire retiendra que quelques bribes inscrites en lettres sanguinolentes sur la paroi de l'estomac d'un vautour momifié: «Quand la vérité met le poignard à la gorge, il faut baiser sa main blanche, quoique tachée du sang des uns et des autres...». Quelques temps indécis plus tard, «Virus» sera décoré avec une étoffe de couleur pourpre autour de son cou gigantesque, avec écrit dessus en lettres géantes: «Il ne faut jamais montrer la lame trop aiguisée à une bête de sacrifice, vouée par un terrible et immuable destin à toujours expier la faute de l'homme, forcément faillible et si peu preux face aux coups de Jarnac assénés par sa propre main souillée, dans son propre dos, trop froid pour être promis aux seules gémonies». Ainsi aimait parler «Virus» au (x) reste (s) de ses congénères. L'on dira que toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.