Soufiane Djilali craint des dérapages    Nouvelle loi électorale: la dernière ligne droite    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    La capitale sénégalaise à l'aube d'une journée sous tensions    Les Ivoiriens aux urnes samedi pour élire 255 parlementaires    Klopp calme le jeu pour Salah    Brèves    Brèves des Fédérations    Une approche intelligente    100 kg de drogue saisis et 11 suspects arrêtés    170 quintaux de kif saisis    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    «L'Algérie prend acte avec satisfaction»    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Générale de la pièce «Cadavre»    Le MCA en quête de sa première victoire    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Est-ce la bonne statue?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 01 - 2021

Au-delà de la polémique cultuelle dont les auteurs n'ont semble-t-il d'yeux que pour cet ultime totem, ne déploient que des preuves pathétiques et n'ont absolument pas les moyens de leur discours, il y a quand même lieu de se demander si ce mystérieux personnage plus connu sous le nom de Sheshonq 1er ou Chachnaq et qui trône désormais non plus sur l'Egypte antique, mais sur la capitale de la Haute Kabylie, est à sa place.
A peine statufié, ce pharaon amazigh divise non pas pour régner (lui et ses descendants l'avaient fait sur les terres du Nil plus de deux cents ans durant), mais pour mettre dos à dos partisans et ses détracteurs qui ne comprennent pas qu'un pharaon fût-il amazigh devienne l'emblème de la région. Avec une musculature digne des gladiateurs romains et un accoutrement semblable au kilt écossais à faire des émules, Chachnaq fait une entrée fracassante dans une contrée à mille lieues de sa terre d'accueil qui l'a vu gravir les échelons de la hiérarchie militaire et fonder la vingt-deuxième dynastie pharaonique après s'être emparé du pouvoir. A-t-il annexé l'Egypte ancienne aux immenses terres amazighes qui comprennent justement l'oasis égyptienne de Siwa ?
A-t-il amazighisé le pays de Kheops et Ramsès II et accolé le tifinagh aux hiéroglyphes ? Comment expliquer aux enfants ce qui a motivé la pose de ce colosse en un lieu aussi stratégique de la ville des genêts dont le toponyme amazigh est amplement représentatif et l'écho retentissant bien au-delà des frontières du pays?
La proposition de militants et activistes du mouvement berbère dont l'écrivain Chaoui Ammar (Acawi) Negadi, à l'origine de la création en 1980 du calendrier berbère de débuter ledit calendrier à partir de l'an 950 av. J.-C. correspondant à l'intronisation de Chachnaq est-elle suffisante pour introniser cet illustre guerrier dans une région autrement riche en héros ? Autrement dit, Chachnaq n'est pas directement impliqué dans l'initiation du calendrier aux trois millénaires; il avait naturellement d'autres affaires plus pressantes que de se consacrer à l'émulation des Egyptiens dans l'instauration d'un calendrier semblable au calendrier nilotique. Qu'a-t-il concrètement apporté à tamazight ? A vouloir à tout prix s'enraciner dans un passé très lointain, on risque de se déraciner et se couper du présent en sombrant dans le faux et l'inauthenticité.
Il est vrai que la symbolique de la pose de cette statue est indéniable et le surplus de visibilité engrangé d'ores et déjà peut dépoussiérer davantage l'histoire des Amazighs, mais force est de dire que Jugurtha aurait été plus approprié. En effet, n'est-il pas plus judicieux de libérer définitivement Jugurtha des geôles romaines et lui permettre de se reposer parmi les siens ? D'ailleurs, Yugarthn est tout indiqué puisque ce nom même signifie prééminence en tamazight (il les a surpassés). Un astéroïde découvert par un astronome sud-africain, Cyril V. Jackson, est nommé le (1248) Jugurtha et le grandissime poète français, Arthur Rimbaud, obtint en 1869 le premier prix du concours général de poésie organisé par sa ville natale avec ses 75 vers latins sur Jugurtha.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.