Les partis politiques s'y préparent    Les efforts de l'Etat nécessitent une contribution des différents partenaires    Le bilan s'alourdit à sept victimes    Abrégée et interdite aux femmes et aux enfants    130 nouveaux cas confirmés, 03 morts et 118 guérisons    C'était un certain 08 mars 2007    La fabrique des mensonges!    Un projet énergétique enfin débloqué    Un webinaire international organisé mercredi    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Brèves Omnisports    Une campagne prématurée    Le nouveau Code électoral adopté    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Les propriétaires réinvestissent la rue    Les armes de la cyberguerre    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    «Le vieux renard» revient à bouzeguène    Le double combat de la femme algérienne    L'Atlético Madrid prépare son offre pour André Silva    Sabri Boukadoum en visite au Togo    Chlef: inhumation des victimes de la crue de l'Oued Meknassa    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Entrepreneuriat féminin: un concours pour valoriser les femmes créatrices de richesse    CAN-2021 (U17) : "L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc"    Pour un manifeste des femmes algériennes    La militante sultana khaya victime d'une tentative d'élimination physique    Futur parti pour une majorité présidentielle?    Le Président Tebboune présente ses condoléances à son homologue sahraoui suite au décès de sa mère    Barça : Messi a voté pour l'élection du nouveau président    Ligue 1 CRB-CSC : le Chabab pour renouer avec la victoire    Que faire face aux faux tests PCR ?    Trois sur trois pour les Sud-Africains    «Le dialogue est incontournable»    L'heure du bilan    Actuculte    Scènes de guérilla urbaine après l'arrestation d'un opposant    Au moins 90 morts dans des combats à Marib    Mechichi tente l'apaisement    Sur un total de 10.200 sociétés inscrites au CNRC: 5.113 sociétés ont déposé leurs comptes sociaux au 31 décembre 2020    Tlemcen - Formation : tourisme, hôtellerie et restauration font recette    Les cours du pétrole au plus haut en près de 2 ans    Le «tintamarre» Yasmina Khadra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rapport Stora sur la colonisation: Pas de «repentance ni d'excuses»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 01 - 2021

  La « réconciliation des mémoires », voulue par l'Elysée, n'est pas pour demain. En effet, alors que la remise du rapport Stora sur la colonisation et la guerre d'Algérie était attendue pour hier mercredi en milieu d'après-midi, la présidence française a annoncé que « des actes symboliques sont prévus mais il n'y aura ni repentance ni excuses».
L'Elysée a précisé, dans son communiqué, qu'Emmanuel Macron « participera à trois journées de commémoration dans le cadre du 60e anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie en 1962 : la journée nationale des harkis le 25 septembre, la répression d'une manifestation d'Algériens le 17 octobre 1961 et les Accords d'Evian du 19 mars 1962 ». L'historien français Benjamin Stora devait remettre hier à l'Elysée, le rapport dont l'a chargé en juillet Emmanuel Macron pour «dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie». Macron « s'exprimera en temps et en heure sur les préconisations de ce rapport et de la commission qui sera chargée de les étudier », a encore précisé la présidence française. « Il y aura des mots et des actes du président dans les prochains mois », selon le communiqué de l'Elysée, pour lequel s'ouvrait une « période de consultations ». Il s'agit de « regarder l'histoire en face d'une façon sereine apaisée, afin de construire une mémoire de l'intégration », est-il indiqué dans le texte rendu public par l'Elysée. C'est « une démarche de reconnaissance, mais il n'est pas question de repentance et « de présenter des excuses », a tranché la présidence française, en s'appuyant sur l'avis de Benjamin Stora qui cite en exemple le précédent des excuses présentées par le Japon à la Corée du Sud et à la Chine sur la Deuxième Guerre mondiale qui n'ont pas permis de « réconcilier » ces pays. Inspirés des 22 recommandations du rapport Stora, figure parmi les actes envisagés, l'entrée de l'avocate anticolonialiste Gisèle Halimi, décédée le 28 juillet 2020, au Panthéon qui accueille les héros de l'Histoire de France. Un hommage solennel devrait lui être rendu aux Invalides au printemps «quand les circonstances sanitaires le permettront», toujours selon le palais de l'Elysée.
La présidence française a par ailleurs souligné qu'Emmanuel Macron ne « regrettait pas » ses propos prononcés à Alger en 2017 dénonçant la colonisation comme « un crime contre l'humanité ». « Que pouvait-il dire de plus ? Il n'y a rien à dire de plus, en revanche, il y a beaucoup à faire », souligne le communiqué de l'Elysée.
« L'historien souhaite la mise en place d'une commission « Mémoire et Vérité » chargée d'impulser des initiatives mémorielles communes entre les deux pays », rapportait le Journal Le Monde dans son édition d'hier. L'historien propose que cette commission soit composée de « différentes personnalités engagées dans le dialogue franco-algérien », selon le même journal, qui précise que cette commission « pourrait formuler des recommandations sur 22 points ». Parmi ces points figurent la question des archives, le dossier des disparus (algériens et européens), les déchets issus des essais nucléaires français en Algérie et la pose des mines aux frontières algériennes, les restes humains des résistants algériens conservés au Muséum national d'histoire naturelle, ou encore le canon de Baba Merzoug pour lequel une commission franco-algérienne d'historiens sera créée afin « d'établir l'historique du canon « La Consulaire », ravi lors de la conquête d'Alger en 1830 et installé à l'arsenal de Brest, et de «formuler des propositions partagées quant à son avenir, respectueuses de la charge mémorielle qu'il porte des deux côtés de la Méditerranée ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.