Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Algérie Télécom: déploiement de 104 Km de fibre optique à Tamanrasset en 2020    Marché de Tidjelabine : Les prix s'envolent dès le premier jour    Le Liban renoue avec la contestation populaire : «Journée de la colère» au pays du Cèdre    D'amour et de guerre : Une littérature de combat    A l'initiative d'Appel égalité / La place des femmes dans le hirak    USM Alger : Zeghdoud remplace Froger    Face au refus du Maroc d'accueillir l'équipe Algérienne : La CAF tranchera pour un report ou une délocalisation de la CAN-U17    Italie : Ounas victime de propos racistes    Crue de l'Oued Meknassa à Chlef : le bilan s'alourdit à neuf morts    Education nationale : Oudjaout reçoit des représentants de syndicats du secteur    Ramadhan : Les médias appelés à étre responsable dans la sélection des programmes    Femmes, un combat universel    Journée internationale de la Femme : Ouverture d'une exposition d'œuvres artistiques    Cinéma. La 35e édition des prix Goya (Espagne) : Las Niñas (Les filles), meilleur film    Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Match reporté à une date ultérieure    La JSK avec un effectif au grand complet    Joan Laporta, le grand retour    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Fin de la polémique sur les «tarawih»    L'Algérie épuise ses stocks de vaccins    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Tendances instables    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pâleur d'une façade
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 01 - 2021

Le gouvernement Djerad subit actuellement un véritable tir de barrage. La panoplie des reproches et des griefs qui lui sont adressés de toutes parts seraient de bonne guerre s'ils s'inscrivaient dans une activité politique normale dans un pays où le pouvoir, les institutions et le peuple étaient régis par un fonctionnement d'une normalité sans faille avec une nécessité d'avancer vers plus de progrès. En admettant que tous les membres du gouvernement ne disposent pas d'une carrure solide et adéquate pour assumer leurs lourdes responsabilités, il est à convenir à leur décharge que la crise actuelle par ses facettes et ses complexités ne leur permet pas de bénéficier d'une liberté de mouvement dans leurs activités.
Leurs choix posent sans doute problème, mais pouvaient-ils s'assumer convenablement dans un parterre économique, politique et social tracé par des décennies de gouvernance déglinguée où la gabegie et l'opportunisme d'un effarement tel qu'ils sont allés s'incruster dans la profondeur de l'âme d'une large proportion de la population ? Vouloir tout et tout de suite relève de l'enfantillage et aucun gouvernement au monde ne serait capable de répondre aux innombrables sollicitations populaires du moment.
Les terribles effets sans commune mesure de la pandémie actuelle mis de côté, il restera l'objectivité de scruter en bonne conscience le parcours du pays au cours de longues années pour se rendre compte avec désarroi à quoi son itinéraire a répondu. Il est tout de même surprenant de constater que ceux qui ont mené le pays à la ruine soient les premiers à pester et à tenter de mettre l'actuel gouvernement en difficulté. S'il ne doit en aucun cas être dédouané pour la pâleur de sa façade, il doit être surtout question de plutôt défricher en profondeur les structures politiques qui ont conduit à l'emporte-pièce l'Algérie là où elle est aujourd'hui.
Pour un besoin de stabilité impérieuse dans ces moments difficiles, on doit comprendre qu'il est de l'ordre de l'impossible de renvoyer tout le monde politique chez lui. Mais il n'est pas non plus possible de s'arrêter seulement sur la nonchalance d'un ministre ou d'un gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.