6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Serie A : La Juventus se rate face à Vérone    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien, mais ne le sanctionne pas    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Les Oranais entament l'an 2 de la Covid-19: Appels réitérés pour le respect des mesures de prévention    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Qui veut canarder les ambulances ?    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    155 nouveaux cas et 2 décès    De Bruyne entre dans un cercle fermé de la Premier League    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Un vendredi sans heurts    Une obligation, pas un choix    Les 12 commandements de la phase transitoire    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Neuf militaires tués au Mali    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exportation des hydrocarbures: L'Algérie a perdu 10 milliards de dollars en 2020
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 01 - 2021

«Les prix du pétrole devraient se stabiliser autour de 55 dollars le baril, durant l'année ne cours, d'abord en raison de la mise en place des vaccinations anti-Covid-19 mais aussi grâce à l'accord historique auquel est arrivé l'OPEP et ses alliés de l'OPEP+ pour ne pas augmenter la production à compter de janvier 2021», a indiqué, hier lundi, le ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar, lors du Forum de la Radio nationale.
«Aussi bien en volume qu'en prix du gaz et du pétrole, l'Algérie a perdu, en recul des exportations, plus de 10 milliards de dollars durant l'année passée», a encore indiqué le ministre de l'Energie, ajutant que le prix moyen du pétrole algérien s'est stabilisé autour de 42 dollars le baril durant l'année, «malgré les retombées de la pandémie de Covid-19, qui ont fait chuter les prix du pétrole à des niveaux très bas en raison du confinement et de la paralysie du transport international », a-t-il expliqué. « Les prix du pétrole sont descendus jusqu'à 20 dollars le baril en avril de l'année dernière, ce qui a contraint les pays producteurs, y compris ceux qui voulaient augmenter leurs quotas de production, à prendre des mesures d'urgence pour redonner au marché un équilibre relatif», a-t-il déclaré. Saluant la décision de l'Arabie Saoudite qui a réduit sa production de 1 million de barils/jour, en plus de la décision salutaire de l'OPEP et ses alliés qui ont décidé de réduire l'offre de 2 millions de barils/jour, à compter de janvier 2 021, «autant de facteurs positifs qui ont permis aux prix d'atteindre 55 dollars le baril», a encore expliqué Abdelmadjid Attar. Se montrant optimiste quant à la reprise du transport international terrestre, maritime et aérien, l'invité du Forum de la radio a estimé que «l'évolution positive en matière de lutte contre le coronavirus (Covid-19) et la mise en place de plusieurs vaccins, va engendrer une augmentation de la demande et stabiliser les prix autour de 55 dollars le baril, durant l'année en cours », excluant, au passage, une éventuelle remontée des prix à 60 dollars le baril, durant le premier semestre de l'année en cours. « Il faudrait attendre jusqu'à 2022-2023 pour voir les prix revenir à des niveaux plus élevés, autour de 80 dollars », a encore indiqué le ministre de l'Energie, faisant état d'une augmentation de 5,6% en rythme annuel de la consommation domestique en énergie et précisant que 50% de la production de gaz est consommée localement, «ce qui va induire inévitablement une baisse des réserves du pays en gaz naturel et en pétrole», a-t-il affirmé. Et pour parer à cette situation, «nous sommes engagés dans des contrats de partenariat avec des groupes étrangers pour compenser ces pertes en développant de nouvelles explorations dans d'autres régions du pays», a-t-il conclu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.