Les promotions aux postes supérieurs tiennent en compte le principe d'égalité entre les enfants des différentes régions du pays    Journée internationale des mathématiques : L'USTHB rend hommage au Pr Khelladi    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Voici les pays qui mènent la course    Peugeot dévoile son nouveau "lion"    Londres "suit de près" la situation au Sahara occidental    L'ALPS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    LIGUE 1 : RCR – USMBA délocalisé à Chlef    Denis Lavagne. Entraîneur de la JS Kabylie : «Le plus dur reste à faire»    Ligue des champions d'Afrique (Groupe D) : Le Mouloudia dès aujourd'hui au Sénégal    Al-Hilal Soudanais ce matin à Alger    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Madaure, cité savante, site ignoré    Al-Tiba9 abrite les œuvres d'une dizaine d'artistes internationaux    La révolte du désespoir    Quartier Harraga à Bordj El Kiffan : Les habitants organisent des actions de volontariat    JM Oran-2022: prise en charge par le MJS des programmes de préparation de 325 athlètes    Indispensable neutralité    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    La brindille que tu méprises t'éborgnera    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Tout est sous contrôle    La 2A devient GIG-Algeria    10.000 logements à la clé    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    L'accord maroco-européen en question    Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le confinement n'en n'est pas la seule cause: Cybercriminalité et violence contre les femmes et les enfants en hausse
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 01 - 2021

  La cybercriminalité est en hausse d'année en année. Les services de la police judiciaire ont enregistré 5.163 affaires durant l'année 2020. Alors que le nombre d'affaires était de 4.225 en 2019 et de 3.525 en 2018.
Et si l'on revient encore en arrière, l'on constate que le nombre d'affaires enregistrées en 2016 tournait autour de 1.055. Pour certains, le confinement est derrière cette tendance haussière l'an dernier en matière de cybercriminalité, mais pour le directeur de la police judiciaire et le contrôleur de police, Hadj Saïd Arezki, d'autres facteurs sont à l'origine de cette hausse constante. Et de citer la dépendance grandissante des internautes algériens aux réseaux sociaux, plutôt «la mauvaise utilisation des réseaux sociaux» et la familiarisation des Algériens avec le e-commerce. Intervenant, hier, lors d'une conférence de presse tenue après la présentation du bilan annuel de l'année 2020 de la police judiciaire, à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi» à Alger, le directeur de la PJ a affirmé que des milliers de sites de commerce en ligne ont investi les réseaux d'internet, dont certains sont sans garantie légale, ce qui expose parfois le consommateur à des risques d'escroquerie. Il a évoqué, dans ce sens, plusieurs types d'attaques, entre autres, une attaque féroce d'hameçonnage pour récupérer des données personnelles, visant des internautes algériens. Ces attaques qui ont ciblé l'Algérie ainsi que plusieurs pays ont été enregistrées entre le mois de mars jusqu'au mois de juin. Les services de la police judicaire ont fini par bloquer certains serveurs répartis à travers le monde grâce à la coopération avec le bureau central d'Interpol-Algérie. L'hameçonnage, faut-il le préciser, est une technique utilisée par des fraudeurs pour l'obtention des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d'identité. Ces attaques du genre se font le plus souvent par e-mail, publicité ou via des sites et réseaux sociaux. «Des offres d'emploi et des offres d'octroi de visas ont été proposées aux internautes algériens afin que ces derniers remettent aux fraudeurs des renseignements personnels et parfois les coordonnées bancaires», explique l'intervenant. Ce qui est aussi alarmant est l'augmentation considérable des affaires liées à l'exploitation des enfants à des fins pornographiques, et la police judiciaire a enregistré 110 affaires du genre en 2020 contre 51 en 2019, soit une augmentation de 115,69%.
Et l'augmentation des publications dont les contenus sont séditieux et provocateurs de plus de 102,07% durant l'année 2020 par rapport à l'année 2019, soit 1.366 affaires contre 676 enregistrées en 2019. Les affaires liées à l'escroquerie sont passées de 167 affaires en 2019 à 238 en 2020, soit une hausse de 42,51%.
Les femmes le plus souvent agressées par leurs proches
Les services de la police judiciaire ont traité 6.782 cas de violence contre les femmes à travers le territoire national durant l'année 2020, dont 4.839 sont des violences physiques. Le directeur de la PJ a affirmé que 3.090 cas ont été violentés par leurs proches. Les chiffres publiés par la DGSN en 2019 faisaient état de 7.083 plaintes pour violences contre les femmes dont 5.133 cas de violences physiques. Les associations féminines ont toutes attesté qu'il y a eu une augmentation de cas de violences à l'égard des femmes durant la période de confinement, par le fait que cette période augmente le stress en raison des pressions sociales dues essentiellement à la perte de revenus. Et parfois suite à l'isolement qui augmente le risque de violence conjugale. Mais pour M. Hadj Saïd Arezki, le confinement n'est pas souvent derrière cette violence qui est devenue constante depuis des années. Il précise que si on se réfère aux chiffres, il n'y a pas une grande différence entre le cas de la violence contre les femmes avant et au cours du confinement. A noter en outre que 6.099 affaires de violence contre les enfants ont été enregistrées durant l'année 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.