Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du verbiage et des actes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 03 - 2021

Les appels à tout bout de champ plaidant pour la formation d'un front interne solide ne sont que les signes révélateurs d'une certaine fragilité du tissu sociopolitique qu'on tente de rappeler à travers des alertes qui, à force de revenir sur toutes les bouches, sont devenus presque anodins et inaudibles.
Parfois, l'effet contraire est même très appréhendé si les avertisseurs, car la justification des appels en question sont accompagnés par le préambule du danger extérieur et intérieur qui guette le pays, ne font pas bonne audience.
Par décence, on ne peut pas appeler au raffermissement des liens sociaux quand on est à la source des divisions qui peuvent être à l'origine de l'affaiblissement du front interne. Vraiment, la question est très sérieuse pour qu'elle soit galvaudée par le tout-venant.
D'ex-hauts responsables, aujourd'hui condamnés dans des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics, appelaient également au renforcement du front interne. Quand on sait qu'un ex-Premier ministre et autres commis de l'Etat, impliqués dans tous les malheurs du pays, appelaient dans les années 2010/2019, eux également, à la consolidation du front interne, afin de prémunir le pays contre des «mains malveillantes» qui tenteraient de porter atteinte à l'unité du peuple algérien, on comprend pourquoi il est devenu très difficile de convaincre les individus et les groupes d'adhérer à ce mot d'ordre. Non seulement les appels du genre pénètrent d'une oreille pour en sortir de l'autre, mais il y a risque pour que cela provoque un effet contraire et pousse à la division des rangs, voire à l'étouffement du sens patriotique, qui est à la base de cette recherche de protection du front interne. Le sens patriotique a horreur des sentiments perfides. Durant de longues années, les responsables au plus haut sommet de la pyramide ont excellé dans l'art de tuer l'amour de la patrie dans le sentiment populaire, compliquant le retour à la source qui animait tant d'hommes et de femmes qui ont payé le prix du sang pour rendre au pays sa liberté et sa fierté. Le patriotisme est une autre religion, qui a besoin de la sincérité de ceux qui appellent à l'épouser. Il serait plus approprié, ainsi, de travailler en profondeur pour effacer les stigmates de l'ancien système, effacer les haines enfouies en redéfinissant la communion civile, bannir l'abus d'autorité, pour prétendre rebâtir le patriotisme sur des bases solides et non sur des slogans creux. Il serait certainement plus bénéfique pour le renforcement du front interne de donner tous ses sens à la citoyenneté, de couper court à certaines velléités charlatanes, et en montrant la voie à suivre à travers les actes et non la parole. Aujourd'hui, en vérité, le seul front interne qui peut se prévaloir de sa pleine force, c'est l'Armée nationale populaire (ANP), grand rempart contre les dangers qui menacent la sécurité du pays. Cela en dit long sur ces attaques qui ciblent l'institution militaire, qui ne cherchent in fine qu'à fragiliser ce noyau dur du front interne et manger le pays à la petite sauce.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.