Conflit au Sahara occidental : le Conseil de sécurité opte pour l'inaction    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Emouvantes obsèques de la moudjahida Annie Fiorio-Steiner à Alger    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le discours officiel à l'épreuve
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 03 - 2021


L'on dit qu'en matière d'administration, toutes les réformes sont odieuses. Un adage qui va comme un gant à la dure réalité algérienne. C'est qu'il n'existe pas un seul Algérien qui ne dénonce pas cette « pieuvre aux mille tentacules » qu'est devenue l'administration algérienne, agissant comme un boulet de forçat, réduisant à néant l'effort laborieusement entrepris pour redonner confiance au citoyen en ceux chargés de gérer son quotidien. Le discours officiel qui ne cesse d'appeler à simplifier la vie au citoyen auprès de l'administration publique, agit toujours comme un cautère sur une jambe de bois. «La bureaucratie, un danger pour le pays », « l'administration, un cancer métastasé », «l'administration, un Etat dans l'Etat », autant de sentences prononcées dans le discours officiel, mais toujours sans aucun effet réel sur le terrain cahoteux de la réalité. Toujours considérée comme un « nid de cols blancs », qui sont là juste pour compliquer la vie au citoyen, toute l'action de l'Etat se retrouve décrédibilisée à cause d'une administration tatillonne, brouillonne et surtout archaïque. Dressant un constat sans appel sur les méfaits de la bureaucratie, le président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), Sami Agli, poussait, comme un cri de détresse, fin janvier dernier, qualifiant l'administration et son corollaire, la bureaucratie, comme «une autre forme de terrorisme qu'il faut absolument pénaliser puisque c'est un vrai danger pour le pays», avait-il lâché.«On est en détresse économique alors que les décisions ne sont pas appliquées. Ce n'est pas normal, il y a des directions qui n'accusent même pas réception de dépôt de notre courrier !» avait-t-il dénoncé. Même les décisions prises au plus haut niveau de l'Etat ne sont parfois pas appliquées une fois arrivées « en bas de l'échelle », décrédibilisant l'action de l'Etat et exacerbant le sentiment de rejet chez le citoyen, obligé à faire le chemin de croix quand il s'adresse à une administration pour réclamer un document ou régulariser un dossier. La modernisation de l'administration publique, constitue, depuis de longues années, un axe central de la politique des gouvernements successifs. En vain à ce jour. Jusqu'à aujourd'hui, l'administration publique reste à la traîne du train des réformes tous azimuts en cours dans le pays, incapable de jouer son rôle moteur dans la croissance et la prospérité de la nation. Parce qu'il faut se convaincre que la nouvelle Algérie passe, aussi, par une réelle réhabilitation du fonctionnaire algérien.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.