Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La paix au Mali sabordée ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 04 - 2021

La mise en œuvre de l'accord de paix au Mali, ou «Accord d'Alger», signé en juin 2015, par le gouvernement malien et deux coalitions de groupes armés issus du nord du pays, la Plateforme, alliée au gouvernement, et la Coalition des mouvements de l'Azawad (CMA), serait-elle compromise après l'assassinat à Bamako, mardi 13 avril, du président en exercice et chef de la délégation de la CMA au Comité de suivi de l'accord (CSA), Sidi Brahim Ould Sidati?
La question n'est pas fortuite. Elle accompagnait cet accord depuis sa signature en 2015. Car, si toutes les parties ne manquaient pas de faire part de leur attachement à cet accord, son application n'a pas évolué d'un iota depuis bientôt 6 ans. Et, au moment où la situation semble aller vers le déblocage avec la création par le gouvernement de la transition d'un comité d'orientation stratégique, chargé du pilotage de l'Accord d'Alger, c'est le coup de tonnerre à Bamako.
Dans la matinée du mardi 13 avril, Sidi Brahim Ould Sidati, acteur engagé en faveur de la paix au Mali, figure de proue des ex-rebelles du nord du Mali et président en exercice de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), est assassiné par des inconnus qui lui ont tiré plusieurs balles dans le corps à sa sortie de la mosquée. A qui profite le crime ? Il est dans la logique des évènements que la mort violente du signataire de l'Accord d'Alger, au nom de la CMA, renforce le front hostile à cet accord, notamment la base du mouvement des rebelles indépendantistes touareg, qui ont toujours exprimé des réserves, depuis 2015, face à un texte qui ne prévoit ni autonomie ni fédéralisme pour le nord du Mali, comme ils le souhaitent.
D'autant que Sidi Brahim Ould Sidati a été assassiné le jour même où il devait être reçu par le chef du gouvernement de transition pour des discussions sur les réformes à conduire dans le pays.
Les conséquences de cet «acte abominable» pourraient détruire les ponts fragiles de la paix au nord du Mali. Le gouvernement de transition, qui a exprimé sa «stupeur» à la suite de cet acte qualifié d'«abominable», a promis une enquête pour identifier et juger les coupables. Il est clair que cet assassinat n'arrange ni les affaires du gouvernement de transition ni celle de la CMA, qui ont montré leur attachement à l'Accord d'Alger même dans sa plus simple expression.
Cette vérité n'est-elle pas un solide argument pour pousser les deux parties à œuvrer en faveur du confortement de la paix au nord du Mali, puisque les assassins ne peuvent pas avoir d'autres mobiles que de saper l'Accord d'Alger ? La CMA est très affectée par cet assassinat, mais elle ne semble pas faire marche arrière sur le principe de la mise en œuvre de l'Accord d'Alger, comme le montre sa réaction après l'assassinat Sidi Brahim Ould Sidati.
Dans un communiqué rendu public dans ce contexte, la CMA a exigé du gouvernement la mise en place d'un dispositif de sécurité pour ses cadres évoluant officiellement dans les structures de mise en œuvre de l'Accord pour la Paix et la Réconciliation en son nom à Bamako.
Pas de retrait, donc, des cadres de la CMA engagés dans le Comité de suivi de l'accord. La CMA, après avoir condamné avec la plus forte rigueur cet acte qualifié de «lâche et abominable», a exigé la diligence d'une enquête indépendante et transparente bénéficiant d'un fort engagement des autorités de la transition mais également de l'implication des parties prenantes au processus de paix au Mali, notamment de la médiation internationale à travers la MINUSMA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.