Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Les forces d'occupation marocaines répriment violemment des militantes sahraouies    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Des enseignants universitaires véreux    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le butin de la mémoire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 04 - 2021

Un homme fou, sans nom, sans âge, dans une ville qui, paraît-il aussi, sans nom parce que défigurée par la guerre et le sang, se penche sur les tombes d'enfants, de femmes et d'hommes morts, et leur parle à voix forte du destin d'une patrie meurtrie, l'Algérie qui pleure à chaudes larmes leur absence. Tel un jardinier municipal affecté à l'entretien quotidien du cimetière, le bonhomme en guenilles, un long bâton à la main, harangue des foules qui n'existent que dans son imaginaire et côtoie ces cadavres sous le sol, comme des frères qu'il n'arrive plus à effacer de sa mémoire. Autour des sépultures, il sème des dahlias, des coloquintes et les arrose avec un soin jaloux, comme si le prochain printemps allait illuminer les corps enfouis dans la terre qu'il nourrit. En franchissant le pas, il soulage ses propres souffrances d'orphelin brutalisé par les affres d'une guerre dont il n'a jamais voulu. Quoique métaphorique, cette mémorable séquence du film ‘Chronique des années de braise' de son réalisateur M.L. Hamina, renvoie vite au « devoir de mémoire » qui anime chaque être humain en quête de la sérénité et de « la paix de la conscience ». La mémoire des morts pèse, dit-on, lourd sur le cerveau des vivants et l'habite pour l'éternité des temps. Personne ne peut aller de l'avant s'il ne sait pas d'où il vient ni où il va. Pas de mystère à cela, sinon que la mémoire sert de boussole à nos esprits, quand les choses dérivent, se compliquent, s'obscurcissent.
«La mémoire, écrit à juste raison Jean Dutourd, c'est l'identité, c'est quasiment l'âme et les hommes espérant que, s'ils emportent avec eux quelque chose de ce monde après leur mort, ce sera cela.» Oublier alors son passé, c'est comme se trahir, c'est se travestir, c'est s'humilier et assumer une lâcheté qui se fait passer pour du suicide, du nihilisme. Comment serait-il possible, par exemple, d'oublier nos morts pour la patrie sans que justice à leur égard ne soit encore rendue ? Comment pardonner au meurtrier d'hier qui refuse de faire amende honorable ?
Dans une célèbre contribution sur la «mémoire collective » parue en 1978, dans l'encyclopédie ‘La Nouvelle Histoire', Pierre Nora précise que l'histoire s'écrit sous la pression des mémoires collectives lesquelles cherchent à compenser le déracinement et l'angoisse de l'avenir par la valorisation d'un passé qui n'était pas, jusque-là, vécu comme tel.
En ce sens, revivre le passé sous les yeux du présent aide beaucoup à réfléchir, à comprendre, à expliquer pour, peut-être, « pardonner ». Voilà le rôle de la mémoire... un vrai butin du passé!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.