LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 06 - 2021

Paris, via le Quai d'Orsay, a trouvé le moyen de réagir au retrait de l'accréditation à la Chaîne d'information française ‘France 24' par les autorités algériennes : «La France défend la liberté d'expression et la liberté de la presse, en Algérie comme partout dans le monde. La liberté d'informer est un droit fondamental, qui doit partout être protégé et auquel la France est profondément attachée», a déclaré, sans sourciller, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Mais cela ne dédouane en rien notre pays et ses errements persistants en matière de communication, au niveau institutionnel surtout. Qui croit devoir fermer les yeux sur quelque chose se voit bientôt forcé de les fermer sur tout», disait je ne sais quelle caboche bien née. Parce qu'ici, comme partout ailleurs, il est connu que les potins peuvent faire partie des néo-techniques d'influence - dans le cadre de la stratégie de diversion et/ou de propagande - travaillées dans des officines sans lumière du jour. Parce qu'aussi, l'histoire de la communication est aussi ancienne que celle de l'humanité, il existe aussi une communication dite «virale»: celle qui consiste à développer des programmes de communication qui puissent se transmettre, non pas par la voie de la raison ou des organes sensitifs, comme la bouche et l'oreille par exemple, mais par celle du sang, un peu comme un virus qui fait mauvaise œuvre dans un corps malade.
A rebours de l'ère dite «numérique», sous nos latitudes toujours aussi particulières, communiquer c'est un peu comme les hommes du désert, lesquels, par une curieuse conception du temps et de l'espace, ont tendance à rapetisser les choses, jusqu'à leur portion infiniment petite. Faut-il, encore une fois, se résoudre, un doigt... dans l'oreille, que la rumeur est la seule diseuse de choses «vraies», dans un pays où communiquer est le seul métier que nous n'ayons jamais su faire ? Sans se laisser embarquer dans les mauvaises galères, force est de constater que dans un pays qui a un mal fou à se parler à lui-même, la rumeur s'est toujours incrustée dans la brèche, laissée grande ouverte, de l'espace public laissé vacant par une stratégie de communication institutionnelle si inopérante que pour l'homme de la rue, la «vérité» est partout sauf là où le personnel politique, en charge de la gestion du secteur de la communication, veut qu'elle se «niche».
De nos peurs «ataviques» de nous dire la vérité en face, à cette manie tenace de croire que la «vérité», vient toujours «d'ailleurs» et pas de chez nous, comment veut-on qu'un peuple sous-informé échappe aux grilles des lectures formatées en laboratoires clandestins pour inoculer «une infox», clefs en main, à une opinion publique qui veut simplement comprendre ce qui se passe dans son propre pays et exercer son droit à être informée sur la gestion des affaires publiques de la nation? Le droit à l'information étant «en théorie» constitutionnellement consacré, faire le «choix stratégique» de dire la vérité, toute la vérité et rien de plus que la vérité, au peuple (et pas seulement à la gent des votants !), c'est se prémunir contre les retours de manivelle trop dangereux pour la survie du pays. Aussi simple qu'une démocratie vidée de sa sève - celle du droit à l'information - pousse le citoyen à se désintéresser de la gestion des affaires de la cité; un citoyen bien informé est un citoyen (et pas seulement un électeur !) qui exerce son droit : celui de savoir ce qui se passe dans son propre pays, mais aussi savoir comment il va, et surtout où il va...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.