Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



DES CHOIX ET DES ACTES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 06 - 2021

Les législatives maintenant ficelées pour d'abord répondre à un objectif de stabilité d'une institution censée avoir pour rôle de rimer la marche du pays, il s'agit maintenant de désigner un nouveau gouvernement. Sur ce plan, et sur ce plan seulement, il est indéniable que le président Tebboune a réussi à imposer une stratégie sans grande difficulté même si elle n'a pas bénéficié d'un assentiment et d'une adhésion généralisés. Sujet à des interprétations et des commentaires pluriels opposés, selon les bords des aigris ou des satisfaits auxquels on appartient, le taux effarant des absentéistes aux encore fraîches élections reste une donnée importante que l'on ne peut occulter en considérant que le renouvèlement d'une Assemblée nationale est une fin en soi.
Applaudir à la sérénité d'un vital événement électoral sans casse et sans remarquables remous et se satisfaire de son déroulement sans triche particulièrement notable ne suffit pas à certifier le tracé promoteur pour venir à bout de l'énorme crise qu'affronte le pays.
Il est indéniable que la remarquable bouderie dont ont été victimes les dernières élections témoigne d'une lassitude populaire et d'une touche de désespérance d'une population qui est en passe de se résoudre à bon escient ou à mauvais escient que l'avenir s'est définitivement obstrué.
Sans doute que les convictions et les attentes du moment ne sont plus dirigées vers ce que pourraient accoucher les institutions car c'est à la base de la société algérienne que le fouillis des marasmes et des problèmes est purulent. L'ensemble de la population s'est paupérisée et la mendicité avec des formes nouvelles et variées a développé une voracité inconnue jusqu'ici. Le chômage emprunte des sentiers viciés pour élargir et multiplier des tares sociales dangereuses et anéantir le sens de la pudeur et de la civilité.
L'économie nationale est en passe de rendre l'âme et il serait trop facile en la circonstance de se cacher derrière la pandémie pour justifier l'actuel désarroi. Elle n'a été qu'un facteur amplifiant et les attitrés baromètres que sont les banquiers, réels témoins d'une stabilité politique et économique, se plaignent à l'unisson de la désertification de leur clientèle qui a baissé les bras.
Les élections législatives pourraient être un début d'oxygénation et une ébauche pour une stabilité impérative. Mais pour être efficace et positivement productive, une stabilité politique a besoin d'être alimentée par des choix et des actes capables d'annihiler tout ce qui a enfanté les sentiments de désespérance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.