Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Biden publie une carte délimitant la RASD; Nouveau revers pour le Makhzen    Abominable Delta    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Résumer le présent et reconstruire le futur    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    Baâdji passe à l'action    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    Le paiement électronique effectif    L'activité touristique sombre    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    34 décès et 1.495 nouveaux cas en 24 heures    Un levier pour la sécurité nationale    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    L'aval de Mohammed VI    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    «Nous sommes dans l'attente de la réponse de Sayoud»    Franck Dumas et Slimane Raho au TP Mazembe    Des mesures pour stabiliser le marché    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    L'été de tous les cauchemars    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ACTE POLITIQUE, LA FORME ET LE FOND
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 06 - 2021

Nombreux sont ceux qui se sont focalisés sur l'inégalable taux d'abstention aux élections législatives en déduisant avec hâte que l'immense bouderie populaire serait un acte d'opposition politique à l'encontre des tenants du pouvoir. Mais la déduction précipitée dont on a fait un cheval de bataille n'est qu'une explication aérienne pour justifier la lourde densité de l'abstention.
Les électeurs potentiels n'ont pas tourné le dos à la votation et la réelle absence serait plutôt au cœur de l'ensemble des activités quotidiennes de la population. La représentation symbolique des urnes a perdu, depuis quelque temps, sa finalité et la résonnance véridique de l'acte politique n'est plus sous l'éclairage des institutions. La vraie abstention est bien dans l'extinction de l'ensemble des activités économiques et sociales des acteurs anesthésiés souvent malgré eux. C'est dans cette indolence problématique démesurée que se fige le désintérêt de ceux appelés à voter. La réticence et la fin de non-recevoir affichées par les électeurs récalcitrants se trament dans les unités de production, aujourd'hui sur cales et les administrations superbement atrophiées.
L'informel à tous les niveaux de l'activité nationale, sévissant en ogre contagieux, a tant métamorphosé l'acte civique qu'il est en passe d'attribuer un sens nouveau à ce que devait représenter l'Etat. L'énorme pieuvre de la corruption, le venin bureaucratique et les méfaits de la démagogie ont été le terreau de la volte-face populaire pour que s'érige un Etat dans l'Etat et pour que l'exercice politique change de définition et de camp.
Dans le cheminement de la déroute aux nombreux visages, la crise économique et les plaies sociales effarantes se percutent pour contraindre chaque supposé électeur à être soi-même son propre député dans ses élans de survie.
On observe cependant que la nouvelle déviation adoptée par la majorité des acteurs fantomatiques pour lesquels il est impossible de coudre des costumes identifiants sur mesure, n'est pas une donnée spécifiquement algérienne. Partout dans le monde, le sens des suffrages a perdu ses raisons d'être pour que voter ou s'abstenir ne soient plus que spéculations évasives et pour que l'acte politique change de forme et de fond.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.