Recommandations pour mieux digérer les aliments    Liga : Le Barça s'en sort bien face à Grenade    Thérapie du «sérum»?    Flot juvénile    Une rallonge de 14 milliards de DA accordée: Livraison de la pénétrante portuaire en février 2022    Youcef Aouchiche, premier secrétaire du FFS: «Notre participation vise à défendre l'unité nationale»    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Education: Une rentrée scolaire difficile    Cherté des articles scolaires: Les ménages à faibles revenus mis à rude épreuve    Incendies de forêt: L'enquête étendue à 30 wilayas, 71 suspects arrêtés    Les dessous de la corbeille    Mini-scandale à l'aéroport d'orly    Le Mali invoque sa souveraineté    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Lamamra sur son terrain à New York    La saga islamiste tire à sa fin    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    Messi, une première tension déjà    Kanté, Tuchel n'en revient pas    Laporta vise trois entraîneurs    Un vrai levier de redressement    L'appel de la Fédération des consommateurs    El Watan au coeur d'une polémique    16 harraga secourus au large d'Arzew    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Souiller votre propre sang?    Les paramédicaux en colère    15 décès et 166 nouveaux cas    Ce que réclame le trésor public    Spectacle culturel et festival gastronomique    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    Qualif. Mondial-2022 (4e journée): Niger-Algérie se déroulera finalement à 20h    Un hommage a minima    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    L'ANIE ignore les réserves des partis    Mémoire indissociable    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abominable Delta
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 08 - 2021

Delta, c'est connu, est la quatrième lettre de l'alphabet grec et a connu diverses fortunes en mathématiques, en chimie ainsi que dans le codage informatique où cette lettre est utilisée pour les différents caractères Unicode. Depuis qu'elle est associée à l'un des mutants de la Covid-19, cette lettre a par contre acquis une réputation pas du tout enviable et est devenue le caractère grec le moins fréquentable, voire le moins délectable à la prononciation même pour les Hellénistes les plus férus.
Le variant «Delta» fut initialement identifié en octobre2020 en Inde où il se fit remarquer par l'hécatombe qu'il occasionnait et l'avant-goût de fin du monde qu'il n'a eu de cesse d'incarner depuis. Les images de corps brulés à la hâte qui parvenaient du pays de Mahatma Gandhi semblaient surréalistes et si lointaines que d'aucuns cyniquement y voyaient les effets spéciaux de Bollywood. Pour tous ceux qui ont eu vent du carnage de ce mutant à travers plusieurs régions, villes, villages et quartiers limitrophes à travers les réseaux sociaux ou le ouï-dire, cela relève de l'invraisemblable. Ce n'est pas l'avis de Delta qui s'insinue à travers les ruelles et les moindres recoins du pays à la recherche de plus en plus de victimes que les autres mutants lui envient. Le variant «Delta» est un tueur en série redoutable qui s'attaque aux vieux et aux jeunes, aux médecins et aux infirmiers et en redemande toujours. Il sévit au sein d'une seule et même famille et fait succéder parents et progénitures au cimetière ne laissant guère le temps aux survivants de faire leur deuil. La mort n'a plus d'aura malgré son ampleur pour les gens qui assistent la mort dans l'âme aux absence d'êtres familiers, des amis, des voisins, des collègues et des hommes et femmes dont la disparition traumatise à jamais ceux qui leur survivent. Les quartiers, les villes et le monde se dépeuplent chaque jour sans ménagement ni déménagement.
Les hôpitaux ne désemplissent pas et ne comptent désormais qu'un seul service voué à extraire à l'abominable «Delta» des rescapés malgré la disette d'oxygène qui fédère les gens autour de l'instinct de survie. Le variant «Delta» fait le vide autour de lui, vide l'agora et les mosquées, suspend les mariages et les veillées funèbres, interdit les accolades et impose la bavette aux grands et petits. L'abominable Delta installe la peur, prend l'humanité à la gorge et menace de l'étreindre de plus en plus pour l'éteindre inéluctablement. On s'accroche désespérément au vaccin qu'on se laisse inoculer en dépit des effets secondaires néfastes signalés dans les pays au système sanitaire performant. On conjure l'abominable Delta du mieux qu'on peut et on continue à vivre au milieu d'un duel titanesque entre la vie et la mort.
Les partisans de la philosophie existentialiste se donnent raison et clament haut et fort que l'homme est seul au monde; seul à combattre un ennemi nocif qui s'invite à la maison dans les poumons vieillis du père ou de la mère par le truchement du fils. Les croyants et les non-croyants joignent leurs mains pour implorer un Dieu unique, le seul à même de les délivrer de l'abominable Delta et ses compères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.