Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Ketane labiadh»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 08 - 2021

Une de nos expressions populaires nous fait jurer sur le linceul blanc qui couvrira un jour notre corps de mortel.
Partout dans le monde, la mort est sacrée et tous les êtres humains la respectent comme ultime voyage vers l'au-delà. Aussi, dans ces moments funèbres, les gens, pour démontrer leur profonde douleur et leurs sentiments en cette période de crise sanitaire, jurent par tous les saints et évoquent cette formule qui nous rappelle la mort. «Mouhal nensa,illa dja ketane labiadh aala âini». Les cris déchirants de la douleur des parents de malades dans les hôpitaux en ces moments de pic, sont là pour nous le rappeler. Des moments pénibles dans ces salles débordantes de patients et de gardes malades qui attendent un miracle de dernière minute pour voir enfin l'oxygène arriver et sauver de la mort certaine, les malades entre la vie et la mort.
Hélas, ce ne sera pas le cas pour tout le monde. Pourra-t-on un jour dire, «maintenant c'est fini, c'est du passé, il faut tourner la page» ?
Comment oublier ces femmes et ces hommes lançant des cris de douleur en cette nuit caniculaire et rageant parce qu'elles ont perdu un être cher. « Mouhal nen'sa », ces tombes ouvertes dans les cimetières qui attendent l'arrivée de corps enveloppés dans des linceuls blancs. Comment oublier ce petit enfant pleurant sa mère devant la porte de l'hôpital. Un enfant sanglotant de douleur pour sa mère qui était alitée dans un hôpital. Jamais au grand jamais je n'oublierai ces appels et ces voix brisées lancés par des cœurs meurtris et qui raisonnent toujours dans les oreilles. Je n'oublierai jamais aussi cette bousculade autour d'un camion venu ravitailler l'hôpital en oxygène. Impossible de dire qu'on pourra vite oublier ces drames qui vont nous marquer éternellement. Impossible d'oublier ces jours difficiles, jusqu'a la fin de nos jours, et lorsqu'on mettra le tissu blanc sur nos yeux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.