Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Projet de loi sur les investissements: «Un signal extrêmement positif», selon le Medef    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    L'exemple de Constantine    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'enjeu céréalier
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 01 - 2022


L'Algérie est-elle en voie de quitter le top 5 des importateurs mondiaux de blé ? Si tout va comme on le souhaite, le pays pourrait réduire ses importations céréalières de 25%. On table dans ce contexte sur une production nationale de céréales, pour la saison 2021/2022, entre 2,7 et 3 millions de tonnes, alors que la consommation devait tourner, en 2020/2021, entre 10,7 et 11 millions de tonnes. Ainsi, pour augmenter la production nationale des céréales, le ministère de l'Agriculture mise en particulier sur l'augmentation de la superficie agricole dédiée aux céréales qui est actuellement de l'ordre de 3,3 millions d'hectares, l'amélioration des rendements agricoles à 60/70 quintaux par hectare, la généralisation de l'irrigation notamment dans les zones ouest et centre du pays. Et, on ne sait pas à quel niveau se situerait l'apport de «l'agriculture saharienne», un avenir sûr en matière de sécurité alimentaire pour le pays, qui pourrait, effectivement, «beaucoup apporter à la filière au vue de ses atouts et son rendement fort qui peut atteindre 100 quintaux par hectare», comme l'a souligné le ministre de l'Agriculture. Et sur quoi mise-t-on encore ? Sur l'augmentation du rythme de développement de la filière des céréales, à travers plus de sueur et plus d'investissement, notamment à la suite de la majoration conséquente du prix d'achat du blé tendre et blé dur aux agriculteurs (blé dur de 4.500 DA à 6.000 DA, le prix du blé tendre de 3.500 DA à 5.000 DA, le prix de l'orge de 2.500 DA à 3.400 DA, et le prix de l'avoine de 1.800 DA à 3.400 DA). Des prix d'achat qui devraient inciter les agriculteurs à produire plus, et permettre de réduire la lourde facture des importations des céréales, qui a atteint 2,7 milliards de dollars, en 2019. Il s'agit de prévisions qui peuvent être faussées par plusieurs facteurs, dont les aléas du climat, mais le pas est fait en direction du renforcement des capacités du pays sur le plan de la production des céréales. Une filière très importante qui pèse en matière de sécurité alimentaire, quand on sait que la consommation de blé en Algérie augmente au même rythme d'une population qui adopte un régime alimentaire où le pain est essentiel. L'enjeu de produire plus de céréales et en importer moins reste, donc, indiscutablement de taille pour l'Algérie. Mais, selon les prévisions de spécialistes étrangers, qui ignorent certainement les encouragements à l'investissement et l'élargissement de la superficie dédiée aux céréales, les importations algériennes de céréales resteront capitales pour subvenir aux besoins de l'ensemble de la population algérienne. D'après le département américain de l'Agriculture (USDA), l'Algérie n'est en mesure de satisfaire qu'entre 34% et 36% de ses besoins en blé. Et si les Américains, eux-mêmes intéressés par l'investissement dans le domaine de l'Agriculture en Algérie (une délégation US a récemment effectué, dans ce sens, une tournée dans le pays), participaient au développement de la filière ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.