Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Le Conseil de sécurité exhorté à mettre un terme à l'obstination de l'Etat d'occupation marocain    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Coupe Davis (Groupe 3/Zone Afrique): l'Algérie menée au score (1-0)    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    La Turquie «invitée» lundi prochain aux Etats-Unis    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Le barrage inexploité    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le plus haut des paradoxes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 06 - 2022

Une banque nationale vient de décider d'accorder des crédits aux futurs pèlerins ne disposant pas de ressources financières pour accomplir un devoir religieux. L'initiative pose cependant de multiples questions car le cinquième précepte sacré de la religion musulmane n'est que facultatif. Ne sont tenus d'effectuer ce voyage que ceux détenant des moyens suffisants pour l'entreprendre. Mieux, le périple aux lieux saints est supposé caduc pour ceux qui s'y engagent sans apurer au préalable leur moindre petite dette.
Avant qu'elle n'ait été prise, la décision a certainement soumis un grand débat au sein des cercles officiels concernés par la question.
Néanmoins, le Haut Conseil islamique et certains doctes en la matière ont avancé les argumentaires en faveur d'un «crédit utile» pour justifier l'initiative bancaire sans pour autant départager les nombreux avis contradictoires qui animent en ce moment la scène nationale.
Face à l'augmentation des frais du pèlerinage cette année avec une montée sidérante à la hauteur de presque le double des montants financiers coutumiers, on peut comprendre l'embarras à gérer la délicate situation. L'Etat ne pouvait rester les bras croisés face à un problème épineux pour laisser coi les chanceux bénéficiaires d'un passeport particulier mis à mal par une terrible pandémie et ses folles conséquences. Pourtant l'augmentation astronomique des frais de séjour à La Mecque a été en grande partie du ressort et de la responsabilité du pays hôte.
Encore une fois, et là aussi, le fabuleux dérèglement économique et social généralisé à l'échelle planétaire, causé par la colère de la nature n'a pas manqué de démontrer qu'il a bouleversé l'ensemble des pratiques religieuses jusqu'à contraindre la fermeture des portes des mosquées et des lieux saints dans un passé très récent.
L'extraordinaire dilemme posé brille par le plus haut des paradoxes en mettant en conflit la nature contre la religion sommant l'intervention du politique au nom d'une aléatoire paix sociale.
Il n'est pas dit que les postulants au pèlerinage déjà harassés aujourd'hui par la nécessité de joindre les deux bouts pour vivre soient disposés à s'empêtrer dans un crédit bancaire malgré sa noblesse supposée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.