Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Le Conseil de sécurité exhorté à mettre un terme à l'obstination de l'Etat d'occupation marocain    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Coupe Davis (Groupe 3/Zone Afrique): l'Algérie menée au score (1-0)    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    La Turquie «invitée» lundi prochain aux Etats-Unis    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Le barrage inexploité    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE MAUVAIS MENAGE DU BLE ET DU PETROLE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 06 - 2022

Le pétrole en passe de s'installer à presque 130 dollars le baril peut laisser présager un retour aux jours fastes du début des années 2000 pour les Algériens. Se laisser aller dans ce calcul réduit serait une erreur de petit écolier, car la règle est toujours basée sur ce que l'on peut acheter avec ce que l'on a dans son porte-monnaie. Or, dans cette donnée essentielle, tous les prix à la consommation ont renchéri à un niveau tel que même si le baril flirtait avec 200 dollars, l'arrivée d'un mieux ne serait qu'illusoire.
Pour diverses raisons parmi lesquelles la pandémie d'abord, ensuite, la guerre en Ukraine sont les principales causes, l'inflation mondiale a totalement déréglé le commerce international. Tous les produits alimentaires de premières nécessités ont vu leurs prix flamber, accompagnant la prise de folie des éléments essentiels interdépendants comme celui des transports et une multitude de besoins utiles et élémentaires pour la vie de tous les jours.
On peut pointer du doigt les instigateurs de cette mondiale déconvenue en désignant le conflit armé ukrainien, la rétorsion décidée par l'Inde pour comprendre la montée aux cimes du prix du blé ou encore le ralentissement de l'économie chinoise et les mauvais tours du climat. L'effort de compréhension serait à peine justifié si l'on ne tient pas compte de la poussée démographique mondiale qui perturbe les analyses des savants et faussent leurs approximatives déductions.
Plus terre à terre et pour ne pas se perdre dans de hauts calculs compliqués, en 2000, quand le baril de pétrole était à 140 dollars, la viande ovine était cédée au consommateur algérien à environ 800 dinars le kilo. Aujourd'hui, le baril frôle les 125 dollars, mais la viande, elle, est à plus de 2.000 dinars le kilo. Le constat devrait s'arrêter à cette primaire déduction pour éviter les entourloupes des graphes et les mirages offerts par le yo-yo du prix du pétrole. Il permet de signifier, une bonne fois pour toutes, que le blé et le pétrole ne font pas bon ménage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.