L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Visite de courtoisie chez Goudjil    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    L'Etat frappera d'une main de fer    Algérie-Ouganda: signature de deux conventions bilatérales pour le renforcement de la coopération diplomatique    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Accidents de la circulation en zones urbaines: 12 morts et 401 blessés en une semaine    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Championnats arabes de Cyclisme sur piste: l'Algérien Mohamed-Nadjib Assal en or    In memoriam Octobre 88    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Ligue1 - CSC-MCA : Un choc qui promet    Embrouille    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    En perspective de l'attribution des logements sociaux en cours de réalisation: Mise en service d'un nouveau logiciel pour l'étude des dossiers    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    QUESTIONS DE LANGUE(S) ET D'IDENTITE(S) !    Une semaine chargée pour l'ANP    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    Chercheurs en langue amazighe: une denrée rare    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ghannouchi sur le départ ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 08 - 2022

L'après 25 juillet se dessine en Tunisie. La nouvelle Constitution tunisienne, adoptée à une majorité écrasante de plus de 94% des voix (et une abstention de près de 70%), et des élections législatives, annoncées au mois de décembre prochain, bousculent rudement la classe politique tunisienne.
Le parti Ennahda, qui a dominé la scène pendant une décennie, est le premier à subir les effets de la «nouvelle phase», qui devrait permettre de passer «d'une situation de désespoir à une situation d'espoir», selon l'expression du président tunisien, quelques heures, après l'annonce des premiers résultats du vote sur la Constitution, le 25 juillet dernier. Le président du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, inamovible depuis son installation à la tête de ce parti islamiste, en novembre 1991, et qui a résisté à toutes les tentatives de le dégommer de la tête du parti, a assuré le 10 août dernier, dans une interview accordée à l'Agence turque ‘Anadolu', qu'il est prêt à quitter la présidence du parti au cas où une solution au «problème tunisien» serait proposée. Selon certains observateurs, il ne s'agit là que d'une manœuvre politique, qu'il a bien pris soin de conditionner par une proposition d'une solution «au problème tunisien».
De quelle solution au problème tunisien parle-t-il, et cette solution n'est-elle pas représentée dans son départ sans condition de la scène politique, comme le lui ont proposé des hommes politiques tunisiens ? Rached Ghannouchi a avancé que face à l'intérêt de la Tunisie, s'attacher à la présidence de son parti ou à une quelconque autre présidence lui importait peu.
Dans la même interview, Ghannouchi exprime d'une voix claire, toute son opposition au président tunisien, estimant que la majorité du peuple tunisien est dans une «lutte continue contre le processus du président de la République Kaïs Saïed», et qu'il n'est pas question de s'adapter à la «nouvelle réalité». Vraisemblablement, tout dépendra de la volonté des partis politiques, de leurs cadres et militants, de se repositionner au sein de la nouvelle configuration qui se dessinera après les législatives avec leur participation ou non. Dans ce contexte, certains ne sont pas tentés par la politique de la chaise vide, notamment au sein d'Ennahda, qui voit l'avenir du parti et son intérêt dans le retrait de son président Rached Ghannouchi.
Les développements en cours sur la scène tunisienne vont-ils apporter de l'eau au moulin de l'opposition interne à la direction de Rached Ghannouchi ? Active depuis une dizaine d'années, mais sans efficacité, l'opposition interne peut avoir son mot à dire sur l'avenir du parti, qui joue son va tout dans les prochains mois. Mais, toute cette effervescence politique risque de ne pas être du goût des Tunisiens, qui vivent des jours très difficiles à l'ombre d'un taux de chômage très élevé et un pouvoir d'achat en chute libre, et qui attendent, dans ce sens, des solutions à leurs problèmes socio-économiques. L'avenir de la Tunisie et de sa classe politique dépendent étroitement de la relance de la machine économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.