Automobile: reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Arrivage de Chine de la première commande des moyens de protection contre le Covid-19    Le Real sait à quoi s'en tenir pour Sadio Mané    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Coronavirus : Le ministre de l'Education annonce une mouture de plan de contingence    Report de la réunion d'urgence Opep-Russie    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    4 hirakistes relaxés    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les journées internationales reportées à fin mai    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    L'autorisation d'exercer étendue à certaines catégories d'activités    Mostaganem : Démantèlement d'un atelier de produits pharmaceutiques    Don d'un opérateur privé à Bouira : 1000 tests de dépistage rapide du COVID-19 importé    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Douanes: Mesures exceptionnelles pour faciliter l'importation    Affaires criminelles : 11 arrestations    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    La chute de la maison Bouteflika    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ORAN : En l'absence d'avaloirs, les eaux pluviales submergent les chaussées
Publié dans Réflexion le 16 - 11 - 2019


Après plus de 48 heures de pluie à travers le territoire de la wilaya d'Oran , les précipitations ont mis a nu les carences de gestion des évacuations des eaux pluviales. Comme à chaque ondée, la plupart du réseau routier du chef-lieu de wilaya a été submergé. Quasiment aucun quartier n'a été épargné par des inondations qui auraient pu être évitées si les services de la voierie s'étaient donné la peine d'étudier minutieusement les différents points noirs recensés à travers la ville d'Oran . Il existe en effet des avaloirs pour évacuer les eaux pluviales qui ont tout bonnement été négligés par les autorités et cela fait plusieurs années que ces bouches d'évacuation n'ont pas connu de nettoyage. Au boulevard de l'USTO, les dernières averses ont été à l'origine de l'apparition de nids de poule, mais surtout de tranchées ce qui a nécessité la fermeture à la circulation d'un tronçon de 300 m, entre le rond-point de Nekkache et l'agence des taxis inter-wilayas de l'USTO. Comme si cela ne suffisait pas, les ordures ménagères qui débordent régulièrement des trois bennes hors d'usage servant de réceptacles, ont achevé leurs œuvres d'obturation. De ce fait, les eaux boueuses provenant du rond-point de la cité Nedjma ‘'ex-Chetaibo'' situé en amont s'invitent littéralement sur le trottoir et en stagnant de même sur la chaussée. Ceci dit, d'autres quartiers ne sont pas épargnés par l'immobilisme et aussi par l'incivisme des citoyens continuant à jeter leurs détritus sur les trottoirs et ce, même en présence de poubelles à proximité. Des déchets qui finissent souvent dans les canaux d'évacuation des eaux pluviales. Il faut dire que les nids-de-poule, les crevasses et autres cratères qui jonchent la chaussée par endroit augmentent l'accumulation des eaux pluviales et les véhicules légers ne peuvent emprunter cette route sous peine d'être submergés en endommageant leurs circuits d'alimentation électrique. Les eaux pluviales au final stagnent durant plusieurs jours sur les routes de la ville d'El Bahia et cet état de fait n'a jusqu'à présent suscité que très peu d'intérêt de la part des autorités concernées. Et pour conclure, Un incident spectaculaire au niveau du boulevard Adda Benaouda (les plateaux Oran). Un poteau d'éclairage public a été soufflé violemment par le vent sur des voitures en stationnement. Dieu soit loué, aucun incident déplorable sur le public de passage. Réviser à la hausse la facture d'électricité, réglera t'elle ce genre d'incident ?Alors, faites un exercice sur l'état des lieux et ce que font les élus. Mais bon, un poteau électrique ne survivra pas mieux qu'un arbre. Les deux sont plantés, l'un s'enracine l'autre se déracine. Ça va de soi n'est ce pas ! Retour aux racines.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.