Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    2e édition du salon du BTP    Le directeur persona non grata    Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?    Batelli renvoie Bouchar    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    ASO Chlef : Sursaut impératif devant le PAC    Les oncologues plaident pour le renforcement du dépistage    On adopte la règle du pollueur payeur    Aouinet El Foul : Des habitants non relogés ferment la route    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Championnat arabe des clubs: JSS-Al Shabab, aujourd'hui à 21h00 - Mission ardue pour les Sudistes    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    GALETTE ET PETIT-LAIT    Aïn Témouchent: Une tentative d'émigration clandestine déjouée    Deux fast-foods fermés à Cité Petit et Emir Khaled: 114 personnes intoxiquées après avoir consommé des sandwichs    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    Division nationale amateur - Centre: Le CRBT et le WRM sans partage    Environnement Une feuille de route pour l'économie circulaire sera lancée début octobre    Afin de consacrer l'indépendance de la magistrature : Amendement impératif et immédiat du cadre juridique    Ligue 2 (5e journée): L'O Médéa seule aux commandes, l'USMH coule    CHAN 2020, Algérie 0 - Maroc 0 : Peu audacieuse, l'Algérie se fait accrocher par le Maroc    Un procès hors normes    Les victimes protestent et réclament leur argent    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 6 octobre    Début de l'opération    Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"    Le ministère s'explique    Le procès historique attendu par les Algériens    Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 27 eme vendredi de la contestation populaire à Sétif. 6 mois déjà !
Publié dans Sétif Info le 25 - 08 - 2019

Comme coutume devenue, le peuple du hirak est sorti ce vendredi 23 aout sous un temps orageux au sens propre comme au sens figuré. La relative dissipation de l'éprouvante canicule des semaines passées n'a pourtant pas permis un regain substantiel de participation citoyenne. Comme pour les vendredis précédents, on a atteint aujourd'hui approximativement le millier de manifestants. On est très loin du pic des 20 milles personnes que les abords du siège préfectoral ne pouvaient contenir.
Avec amusement un peu déluré, certains fidèles participants, se déclarent « permanenciers » assurant le « service minimum » jusqu'à la rentrée de septembre. Les voir pleins d'optimisme et de détermination, on est enclin à les croire. Septembre c'est déjà demain.
Vers 14h 30, déployant leur riche album de slogans de plus en plus ravageurs, les « hirakistes » se mettent en ordre de marche en empruntant l'avenue du 8 mai 1945 vers la mythique Ain El Fouara. C'est à l'emplacement même où est tombé le premier martyr du mai 1945 que cela a failli dégénérer. Le mystérieux groupuscule – une dizaine de personnes - attendait « témérairement » derrière le cordon policier les marcheurs du hirak. Un second cordon de sécurité est mis en place par des éléments du hirak. Des deux côtés la tension monte très vite. Alors que les hirakistes criaient « makanche el kascrote » (allusion faite au sandwich distribué par le FLN et le RND à ses supposées troupes lors de meetings soutenant le 5 eme mandat), les voix du petit groupe n'étaient pas du tout audibles. Seules les affichettes brandies éclairaient quelque peu sur leurs motivations. On y lit que « notre projet est de défier les plans du gang (el 3issaba) et de ses suppôts, ennemi de l'Etat national novembriste…Les symboles du gang fidèles à la France… » Suivent les noms de généraux détenus, en fuite ou même morts depuis des lustres. Une autre affichette moins verbeuse mais plus provocatrice traite les hirakistes d'Ouled França (enfants de la France). Pas moins que cela ! L'histoire coloniale reste en milieu politique algérien un bon vieux fond de commerce pour se défausser de ses propres échecs ou afficher ostensiblement un douteux patriotisme de façade. Une autre encore met en garde contre « le vide institutionnel » et « l'atteinte à l'institution militaire ». Ces mots écrits par ce petit groupe de jeunes révèlent une navrante culture politique. Leur indigence ne peut cependant faire croire qu'ils ont été dictés par des voix occultes. Quelles sont réellement leurs motivations ? Faire du hirak autrement ? Dans un pays qui aspire à la démocratie, cela devrait être un droit. Dans ce cas là, le mieux est d'organiser sa manifestation un autre jour que le vendredi et ne pas squatter et perturber celle des autres. Semer le doute et la division du hirak ? C'est déjà perdu d'avance à voir la réaction urticante et unanime des hirakistes. Provoquer l'affrontement pour donner l'occasion de disqualifier l'aspect éminemment pacifique du hirak et donner l'occasion de l'interdire ? C'est aussi illusoire au vu du service d'ordre propre au hirak qui intervient rapidement et même énergiquement pour calmer les esprits chauds au sein de sa troupe.
Après échange d'amabilités peu courtoises, les hirakistes ont rapidement repris leur marche sans que l'on ne note d'empoignade aucune. Les policiers ont dû pousser un grand ouf de soulagement en voyant les uns et les autres s'éloigner en sens opposé. Les marcheurs ont alors emprunté le boulevard Cheikh Laifa. Ils n'ont pas manqué de faire une halte joyeuse et bruyante dans la trémie de Bab Biskra. Toujours dans une ambiance festive et bon enfant, la procession des manifestants s'est acheminée sur l'avenue de l'ALN en passant par le commissariat central. Comme de coutume, aucun slogan hostile à la police n'est prononcé au vu du comportement professionnel irréprochable de ses agents envers le hirak. A hauteur de l'hôtel des finances, la marche a bifurqué vers la gare ferroviaire puis a remonté la rue des frères Mezaache pour rejoindre l'avenue du 1er novembre et se terminer devant le siège de la wilaya vers 16 h 30. Là, comme de coutume, les manifestants, devenus encore plus nombreux, ont déployé en chœur, encore une fois, tout le catalogue de leurs slogans, des plus anciens aux plus récents : « Klitou leblad ya esserakine », « makanche el intikhabat maa elissabat », « Chaab yourid el istiklal », « FLN dégage, RND dégage, Bedoui dégage…) », « Daoula madania machi askaria », « ya hna ya entouma » et bien sûr, le menaçant « Rahou djaye, rahou djaye el assyane elmadani ». A quelques mètres plus bas, le même mystérieux groupe que les hirakistes appellent désormais « rangersistes », adossé, symboliquement, à la stèle du 8 mai 1945, criait des slogans rendus inaudibles par la foule hostile qui le cernait en criant encore plus fort le fameux slogan « la casse-croute, la rangers ». Le double cordon de police et de volontaires du hirak a empêché toute velléité d'affrontement.
Comme à Sétif et le reste du pays, le hirak vient de boucler ses 6 mois. Les semaines à venir seront probablement déterminantes pour la nation.
A vendredi prochain.
Hamoud ZITOUNI.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.