Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah: un moudjahid au service de l'Algérie    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    Entre indifférence et inconscience    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    Un webinaire interactif pour la région Mena    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"The great disaster", résurgence à Béjaïa du drame du Titanic
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 11 - 2016

"The great disaster", de Patrick Hermann et mise en scène par Emmanuelle Péron, qui narre le drame de l'équipage du Titanic lors de son naufrage, le 14 avril 1912, a transporté mercredi au Festival international du théâtre de Béjaïa, son public, en le rembarquant au cœur de cette submersion historique, durant laquelle des migrants clandestins notamment avaient péri.
Pièce chorale, mise en scène sous forme polyphonique, "la chronique" s'attache particulièrement à un jeune Italien, Giovanni Pastoré, recruté à la plonge et engagé clandestinement dans le navire pour n'essuyer que les petites cuillères. Ce n'est pas une mince affaire, car à chaque service, il en lave exactement 3177 unités.
Seulement, aux premiers soubresauts de ce qui était supposé être un insubmersible, il se retrouve incarcéré dans la cale du bateau, avec tous ses collègues de 3eme classe, impossible de s'en extraire, à cause des amas de ferrailles qui s'accumulaient sur les issues de secours, et les eaux qui l'inondaient et qui le vouaient déjà au voyage éternel.
Il en avait conscience et il était terrifié à cette seule idée de mourir dans l'eau, se rappelant que sa grand-mère avant son départ lui conseillait de ne jamais s'aventurer en mer car "elle sentait un mauvais présage". Et puis, souvenir faisant, en attendant que la faucheuse le rattrape, il "sombre" dans ses réminiscences.
Il y revoit Cécilia, son amour de toujours, repense à sa vie inaccomplie, s'arrête sur l'épisode de la Nonna, noyée dans la fontaine du village le postérieur pardessus tête, évoque sa Mama radoteuse mais très affective.
"Entre fantasmes et fantômes, Giovanni nous projette avec fugacité dans des espaces, des rythmes et des couleurs toujours différentes", commentera E.Perron, qui veut ne garder de la pièce que "le drame humain" de cette traversée.
"J'ai voulu être fidèle au texte original de Patrick Hermann, écrit pour dénoncer les boat people en Asie dans les années 70 et qui écumait la mer de Chine".
"C'est une pièce politique et un message de résistance contre l'oubli", a-t-elle confié à l'APS, évoquant le phénomène de la migration dont la résonance tragique est d'une actualité brûlante.
Assurément, Giovanni n'est pas un héros. Mais, il reste une figure fantasmagorique de l'histoire des travailleurs immigrés.
Superbe spectacle sur scène en tous cas, servi, malgré un décor impersonnel, par un texte poétique des plus suaves et un jeu de comédiens abouti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.