Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Culture: une réunion pour examiner les voies d'accompagnement des artistes en période de confinement    Covid-19 : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 06 - 2020

Le Maroc vient de subir un nouveau revers diplomatique en Afrique vec les clarifications officielles apportées par le Lesotho sur sa position "inébranlable" concernant le droit à l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental.
Par la voix de sa nouvelle cheffe de la diplomatie, Mme Nats'epo Ramakoae, le royaume du Lesotho a réitéré mardi dans une déclaration vidéo sa position historique à l'égard de cette question de décolonisation en tenant à corriger les dérives de l'ancien MAE, Lesego Makgothi, qui en décembre 2019 a décidé de " suspendre toutes les décisions et déclarations antérieures sur le Sahara Occidental", évoquant le maintien d'une soi-disant "neutralité" vis-à-vis des partis au conflit.
Selon la nouvelle ministre, cette décision a été "largement interprétée comme le retrait du soutien du gouvernement du Lesotho au Front Polisario, fermant les yeux sur les souffrances persistantes du peuple arabe sahraoui, dont la terre est occupée par une puissance étrangère depuis maintenant des décennies".
Elle a regretté que cette déclaration ait, alors, "remis en perspective la position de longue date du Lesotho sur le Sahara occidental".
La décision, a-t-elle rappelé, avait soulevé un tollé et des critiques de la communauté internationale, y compris celles de la SADC (la communauté de développement de l'Afrique australe.
Déclarant "regrettable" que le territoire du Sahara occidental demeure la dernière colonie d'Afrique, une situation qui va à l'encontre des principes de la Charte des Nations Unies", la ministre a affirmé que ce conflit est "une question de décolonisation qui reste à achever sur la base de l'exercice par le peuple sahraoui de ses droits inaliénables à l'autodétermination et à l'indépendance".
C'est à ce titre, a-t-elle ajouté, que "le gouvernement du Lesotho souligne la nécessité de créer des conditions qui permettraient la tenue d'un référendum pacifique et équitable pour l'autodétermination du peuple du Sahara occidental" et "déclare le soutien du Lesotho à une négociation pacifique visant à tenir le référendum sans préconditions".
Le gouvernement du Lesotho a, en outre, indiqué qu'il "enverra sous peu un envoyé spécial au Sahara occidental, au président de la SADC et au président de l'UA pour "corriger ces fausses déclarations et distorsions concernant la position du Lesotho sur le Sahara occidental et pour y réitérer sa position de principe".
Mme Nats'epo Ramakoae, a appelé à légitimer le droit à l'autodétermination pour les pays et nations qui n'en jouissent pas encore et ce conformément aux principes et résolutions des Nations Unies.
La ministre a tenu à préciser que la politique étrangère du Lesotho est adoptée au niveau du gouvernement et par conséquent les modifications qui y sont apportées doivent être approuvées collectivement par le gouvernement
"Sur la base de notre politique étrangère qui est restée pratiquement la même depuis l'obtention de l'indépendance, le Lesotho a maintenu sa position de principe qui soutient la lutte du peuple du Sahara occidental", a déclaré Mme Mats'epo Ramakoae.
Cette "question n'a jamais été soumise à l'examen du gouvernement. Par conséquent, toute déclaration visant à modifier la position du Lesotho sur cette question est sans effet", a-t-elle affirmé.
Mats'epo Ramakoae n'a pas manqué de rappeler dans sa déclaration les relations cordiales qu'entretiennent le Lesotho et le Sahara occidental, qui sont appelées à se consolider de plus en plus, soulignant l'échange de visites officielles entre les deux pays.
Aujourd'hui, le désaveu est cinglant pour Rabat qui a compté en 2019 sur une opération d'achat de voix pour tenter d'infléchir la position de certains pays africains.
Dans une série de tweets, l'ambassadeur et représentant permanent du Lesotho à l'Union Africaine, Mafa M. Sejanamane s'est félicité des clarifications apportées par Mme Nats'epo Ramakoae.
"Je me réjouis que notre nouveau ministre des Affaires étrangères et internationales ait publiquement dissipé si tôt le nuage sur le Sahara Occidental. Le Lesotho soutient sans équivoque l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental. Le colonialisme appartient à l'ancienne ère", a-t-il tweeté.
"Nous avions clairement indiqué de façon officielle à la République arabe sahraouie démocratique que notre position sur le Sahara occidental n'avait pas changée malgré ce qu'avait déclaré l'ancien ministre (du Lesotho) au Maroc. Il est gratifiant que la politique du Lesotho ait été clairement définie!", a ajouté Mafa Sejanamane.
Le diplomate a refusé de commenter les motivations de l'ancien MAE du Lesotho mais a promis de faire bientôt des révélations sur cette affaire.
"Pour l'instant, je ne dirai pas comment et pourquoi l'ancien ministre a fait ce qu'il a fait. Bientôt je le ferai (...) Fin février de cette année, il m'a donné une explication invraisemblable et j'ai refusé de la
commenter", a-t-il indiqué.
La mi-mai, le leader adjoint du Basotho National Party (BNP), Machesetsa Mofomobe, a accusé dans une vidéo à l'adresse des partisans du BNP, l'ancienne première dame du Lesotho d'avoir perçu des financements en échange du renoncement du Lesotho à son soutien à la cause sahraouie.
Mofomobe avait, alors, déclaré qu'un nouvel gouvernement était nécessaire pour préserver le Lesotho des manœuvres de la première dame.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.