Le procès de «Mme Maya» reporté    Par où commencer ?    La décision annoncée hier: Air Algérie reprendra ses vols domestiques dimanche    SNTF: Pas de date de reprise de la circulation des trains    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    Ligue des champions d'Europe: Atlético - Bayern en tête d'affiche    ES Sétif: Une Entente taille patron    O. Médéa: Déjà une flopée de problèmes    Education: Des écoles peuvent se passer de l'enseignement les samedis    Un autre cadavre repêché au large de Madagh    Des cas de Covid-19 au lycée Imam El Houari: Les enseignants en grève depuis jeudi dernier    DROITURE ET BONNE FOI    5 ans de prison fermecontreOuyahiaet Sellal    Djerad met en place deux "task force"    Les principales mesures    L'Algérie repasse sous la barredes 1.000 casen 24 heures    L'Opep examine son accord de limitationde production    Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Place au numérique    Repli historique du dinar face à l'euro    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mali-Transition: la Cédéao insiste sur la désignation d'une personnalité civile
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 09 - 2020

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a affirmé que ses sanctions imposées contre le Mali suite au changement inconstitutionnel mené par des militaires mutins, restent tributaires de la désignation d'une personnalité civile à la tête de la transition.
"La levée des sanctions contre le Mali restent tributaires de la désignation d'une personnalité civile à la tête de la transition", a souligné la Cédéao dans un communiqué sanctionnant le mini-sommet entre les chefs d'état d'Afrique de l'Ouest et le chef du Comité nationale pour le salut du peuple (CNSP) tenu mardi à Accra, date limite fixée par l'Organisation intergouvernementale pour la désignation d'un président civil au Mali.
"Cet état de fait expose le Mali à la prolongation des sanctions émises à son encontre", a fait remarquer le Président Ghanéen, président en exercice de la Cédéao, Akufo-Addo, précisant qu'aucune nouvelle sanction n'a été prise contre les militaires, à l'origine du changement inconstitutionnel ayant conduit à la démission forcée de l'ex-président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).
"Le pays ne peut plus se permettre de retarder encore la nomination d'un gouvernement responsable. Cette affaire doit maintenant être réglée", a insisté M. Akufo lors d'un point de presse.
Les sanctions prises par les pays de la Cédéao s'articulent notamment sur la fermeture des frontières et l'interruption des flux financiers en provenance des pays membres de la Cédéao.
La fermeté de la Cédéao envers les militaires s'explique, selon des observateurs, par les craintes d'une déstabilisation d'autres pays de la région qui saperait les efforts dans la lutte contre les groupes terroristes dans l'ensemble du Sahel.
Lire aussi: La Cédéao appelle à la coopération pour une solution rapide à la crise politique au Mali
Dans leur communiqué, les dirigeants ouest-africains ont insisté particulièrement sur le fait que les dirigeants de la transition soient des civils. Ils ont demandé que la junte soit dissoute dès qu'ils auront été désignés.
La Cédéao a indiqué qu'elle renverra un médiateur à Bamako la semaine prochaine et le président Ghanéen a émis l'espoir que la junte aura accédé d'ici là aux exigences de la Cédéao, lui permettant de lever les sanctions. "Nous espérons que nous parlons de jours et non de semaines", a-t-il ajouté.
Les militaires avaient promis samedi, à l'issue de trois jours de travaux des concertations nationales, de restituer les commandes aux civils à l'issue d'une période de transition de 18 mois.
Les participants à ces travaux, initiés par le CNSP, ont adopté "une charte" instaurant une période de transition de 18 mois à l'issue de laquelle doit être rétabli le pouvoir civil.
"Nous prenons l'engagement devant vous de ne ménager aucun effort dans la mise en oeuvre de l'ensemble de ces résolutions dans l'intérêt exclusif du peuple malien", a déclaré le colonel Assimi Goïta, chef du CNSP, Comité crée par les militaires mutins.
"Nous demandons et espérons la compréhension l'appui et l'accompagnement de la communauté internationale dans cette mise en oeuvre diligente correcte de la charte et de la feuille de route de la transition", a-t-il insisté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.